France 1954 -> AccueilCliquez!

This page in EnglishClick!

La vague française de 1954:

La page d'accueil concernant les cas de la vague française de 1954 se trouve ici.

< Précédent  Tous  Suivant >

3 octobre 1954, Rouen, Seine-Maritime:

Référence pour ce cas: 3-oct-54-Rouen.
Merci de citer cette référence dans toute correspondance avec moi en rapport avec ce cas.

Résumé:

Le journal Paris-Normandie, de Rouen, du 5 octobre 1954 se demandait si les "météores aperçus dimanche" sont des soucoupes volantes.

L'article rapportait que "Dimanche", donc le 3 octobre 1954, vers 21 heures, à Rouen, sur les hauteurs qui avoisinent l'église Saint Hilaire, des promeneurs avaient aperçu "trois météores situés l'un au-dessus de l'autre", "comme les marches d'un escalier". Ils semblaient arrêtés au-dessus de la Seine, face à la côte Sainte Catherine.

Soudain, l'un deux s'était dirigé à une vitesse vertigineuse dans la direction des spectateurs; il semblait prendre de la hauteur et grandissait démesurément.

Sa forme était décrite comme "celle d'un tube à néon gigantesque", la lumière qu'il émettait "devint d'un jaune intense. Il s'inclina comme pour virer, repartit vers la Seine et disparut..."

Les deux autres "météores" s'étaient éclipsés. Tout s'était passé sans le moindre bruit. L'un des témoins, un électricien de l'hospice général de Rouen habitant le quartier Saint Hilaire, rentrait chez lui en compagnie de sa femme et de son fils lorsque son attention fut attirée par des voisins sur ce phénomène qu'il a décrit au journal.

Rapports:

[Ref. pne1:] JOURNAL "PARIS-NORMANDIE":

Les météores aperçus dimanche sont-ils des soucoupes volantes?

Dimanche soir vers 21 heures, sur les hauteurs qui avoisinent l'église st Hilaire, des promeneurs ont aperçu trois météores situés l'un au-dessus de l'autre, "comme les marches d'un escalier". Ils semblaient arrêtés au-dessus de la Seine, face à la côte St Catherine. Soudain, l'un deux se dirigea à une vitesse vertigineuse dans la direction des spectateurs. Il semblait prendre de la hauteur et grandissait démesurément. Sa forme était celle d'un tube à néon gigantesque, la lumière qu'il émettait devint d'un jaune intense. Il s'inclina comme pour virer, repartit vers la Seine et disparut...

Les deux autres météores s'étaient éclipsés. Tout s'était passé sans le moindre bruit. L'un des témoins, un électricien de l'hospice général de Rouen habitant le quartier St Hilaire, rentrait chez lui en compagnie de sa femme et de son fils lorsque son attention fut attirée par des voisins sur ce phénomène qu'il nous décrit.

Faut-il croire que trois soucoupes volantes s'étaient égarées dans le ciel de Rouen?

[Ref. ppe1:] JOURNAL "PARIS-PRESSE":

Scan.

Après soucoupes et cigares

Un nouveau venu dans le ciel: le
"tonneau volant"

APRES les soucoupes, cigares, sphères, marmites, voici le tonneau volant. C'est en Charente qu'il a été "vu" par un motocycliste, M. Jean Allary. Il était "piqué de clous dorés" et se balançait au bord de la route.

A Annoeullin, près de Lille, un ouvrier qui fumait un cigare (un vrai) dans son jardin, a vu un objet lumineux en forme de croissant atterrir à vingt mètres de lui. A ses cris, dix joueurs de billard sont accourus d'un café voisin; la soucoupe s'était envolée, mais une dizaine de "points lumineux" évoluaient au dessus d'eux.

Des soucoupes, cigares, disques, boules et autres objets "volants" ont été aperçus à Chancelade (Haute-Vienne), Willer (Haut-Rhin), Gouesnach, près de Quimper, Bautignecourt, Ambazac (Haute-Vienne), Dijon, Marcoing, près de Cambrai, Pommier (Indre), Rouen, Ajaccio, La Rochelle, Quimper, Cholet, Vannes, Lyon et Le Havre. A la Combe-au-Chèvres, dans le haut Jura, également, mais ce n'était qu'un pluviomètre.

[Ref. ads1] JOURNAL "L'ARDENNAIS":

La sarabande des objets volants

(Suite de la première page)

[...]

Des soucoupes, cigares, disques, boules et autres objets "volants" ont été vus à Chancelade (Haute-Vienne), Willer (Haut-Rhin) [30 sep.], Gouesnach, près de Quimper [2 oct.], Beutignecourt, Ambazac (Haute-Vienne) [1 oct.], Dijon [2 oct.], Marcoing près de Cambrai [3 oct.], Pommier (Indre) [3 oct.], Rouen, Ajaccio, la Rochelle [2 oct.], Quimper [2 oct.], Cholet [2 oct.] et Vannes [2 oct.].

[...]

[Ref. lae1] JOURNAL "L'ALSACE":

Le journal signale le 6 octobre 1954, sans aucune autre information, une observation à Rouen. La date n'est pas donnée mais l'observation est mentionnée parmi de nombreuses autres qui sont aux 2 et au 3 octobre 1954.

Voir l'article ici.

[Ref. jve5:] JACQUES VALLEE:

230 -001.07730 49.41900 03 10 1954 24 00 2 ROUEN F 301 A

[Ref. ubk1:] "UFO-DATENBANK":

N° de cas Nouveau N° de cas Enquêteur Date d'observation CP Lieu d'observation Pays d'observation Heure d'observation Classification Commentaires Identification
19541002 02.10.1954 Rouen France
19541002 02.10.1954 Rouen France
19540930 30.09.1954 Roven [sic, Rouen] France
19541004 04.10.1954 Rouen France 24.00

Explications:

Carte.

Les témoins sont proches de l'église Saint-Hilaire, le phénomène apparait au-dessus de la colline Sainte-Catherine, un point élevé qui surplombe Rouen, et la Seine; si la direction est exactement celle-ci cela nous fait 208°:

Carte.

A ce moment et en ce lieu, Mars est à 200°, élévation 13°. La Lune est à 223°, hauteur 3° 15.

Il peut sembler aberrant que je vérifie cela, puisque le rapport n'a vraiment que peu de chance de s'expliquer ainsi. Mais il se trouve que ce 3 octobre 1954, dans le Nord, il y avait eu des dizaines de méprises causées par un croissant de lune bas et barré par un stratus, souvent décrit comme "deux engins" ou un "engin qui se sépare en deux".

Mais ici j'exclus plutôt une telle explication pour plusieurs raisons

Tout d'abord, dans le secteur de l'église Saint-Hilaire, les quelques points de vue (exemple ci-dessous) dans la direction de la colline Sainte-Catherine ont justement l'horizon barré par la colline Sainte-Catherine; C'est-à-dire qu'une Lune à 3° 15 au-dessus de l'horizon ne serait pas vraiment visible, cachée par la colline.

Photo.

Ensuite, le cirrus qui barrait la Lune dans le Nord aurait eu assez peu de chances d'être présent le la même manière dans une région aussi éloignée.

Enfin, on parle de "trois", et non deux, "météores" (appelation journalistique tout à fait erronée ici).

Mars ne peut pas compter comme "troisième", elle n'est pas au-dessus de la Lune.

Enfin la Lune comme Mars étaient en train de se coucher, ce qui est difficielement conciliable avec "Soudain, l'un deux s'était dirigé à une vitesse vertigineuse dans la direction des spectateurs; il semblait prendre de la hauteur et grandissait démesurément."

Je ne sais pas ce qui a été vu dans ce cas. Engins extraterrestres? Je ne peux pas l'exclure. Mais d'autres pistes pourraient être envisagées, comme des projecteurs sur un plafond nuageux. Il n'y a pas eu d'enquête (les témoins n'étaient pas nommés), et les informations sont assez pauvres en termes quantitatifs (durées, taille angulalaires etc.), ce qui a mon sens ne permet pas de prononcer des explications définitives.

Je laisse donc le cas comme "non identifié."

Mots clés:

(Ces mots clés sont uniquement destinés à aider les recherches et ne préjugent pas des faits.)

Rouen, Seine-Maritime, tube, néon, trois, multiple, arrêt, manoeuvre, rapide, jaune, silencieux

Sources:

[----] indique des sources que je n'ai pas encore pu consulter.

Historique du document:

Version: Créé/changé par: Date: Description:
1.0 Patrick Gross 28 février 2010 Première publication.
1.1 Patrick Gross 3 juin 2010 Addition [lae1].
1.2 Patrick Gross 22 juin 2010 Addition [jve5].
1.3 Patrick Gross 2 janvier 2017 Addition [ubk1].
1.4 Patrick Gross 6 février 2021 Additions [ppe1], [ads1].
1.5 Patrick Gross 30 juin 2022 Addition du Résumé. Explications changées, étaient "Non encore recherchées."

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 30 juin 2022.