Index ACUFO -> Accueil 

This page in EnglishClick!

ACUFO:

ACUFO est un catalogue à visée exhaustive des cas de rencontres entre aéronefs et OVNIS, qu'elles soient «expliquées» ou «inexpliquées».

Le catalogue ACUFO donne pour chaque cas un dossier comprenant un numéro de cas, un résumé, des informations quantitatives (date, lieu, nombre de témoins...), des classifications, l'ensemble des sources mentionnant l'affaire, avec leur références, une discussion du cas dans le but d'une évaluation de ses causes, et un historique des changements apportés au dossier.

Cas précédent Cas suivant >

De l'atoll de Truk à Guam, Micronésie, le 3 mai 1945:

Numéro de cas:

ACUFO-1945-05-03-TRUKATOLL-1

Résumé:

Le premier rapport paru publiquement sur cette affaire se trouvait dans le célèbre article de 1945 "The Foo Fighter Mystery" du correspondant de guerre Jo Chamberlin dans le magazine The American Legion de décembre 1945.

Chamberlin y rapportait que loin au sud du Japon, au cours des derniers mois de la Seconde Guerre mondiale, un B-24 "Liberator" se trouvait à 11 000 pieds au-dessus de l'atoll de Truk, lorsque deux lumières rouges se sont élevées rapidement d'en bas et ont suivi le B-24. Au bout d'une heure, une lumière s'est éteinte. L'autre a continué avec le B-24, parfois derrière, parfois à côté, parfois en avant d'environ 1 000 mètres, jusqu'à l'aube où elle a grimpé à 15 000 pieds et est resté dans le soleil, comme un chasseur japonais à la recherche de sa proie, mais n'est jamais redescendue. Pendant le vol, la lumière est passée du rouge à l'orange, puis du blanc et est revenue à l'orange, et semblait avoir la taille d'un ballon de basket. Aucune aile ni fuselagen'a été observé. Le B-24 avait contacté par radio les stations radar de l'île pour voir s'il y avait des avions ennemis dans le ciel, mais la station radar leur a répondu qu'il n'y en avait pas.

Dans les années 1950 et 1960, le cas a ensuite été décrit dans plusieurs livres d'ufologie, par Kenneth Arnold, Gordon Lore et Harold Denneault, Loren Gross, le Dr Louis Winkler.

Dans les années 1990, les ufologues américains Jan Aldrich et Barry Greenwood ont mis la main sur des documents officiels de l'armée de l'air américaine sur l'affaire, confirmant ce que Chamberlin avait écrit.

De ces documents, nous apprenons que l'équipage du bombardier B-24 "Liberator" N° 616 du 11ème groupe de bombardement de l'armée de l'air américaine, en mission de surveillance au-dessus de l'atoll de Truk dans la nuit et tôt le matin du 3 mai 1945, a observé initialement à 02h18, heure Zoulou, deux cercles de lumière rouges s'approchant de l'avion par le bas alors qu'ils étaient encore au-dessus de l'atoll de Truk. Une lumière était à leur droite, l'autre à leur gauche, le B-24 étant à l'altitude de 11 000 pieds.

A 02h19, heure Zoulou, ou "après une heure et demie", la lumière du côté gauche est repartie, mais celle de droite est resté avec le B-24 alors qu'il prenait la direction de Guam, jusqu'à ce que le B-24 ne soit plus qu'à 10 miles de Guam.

La lumière qui avait continué la poursuite ne s'était jamais approchée à moins de 1 000 mètres, et accélérait lorsque le B-24 traversait les nuages pour émerger de l'autre côté devant le B-24.

A partir du moment où le B-24 avait quitté l'atoll de Truk, la lumièren'a jamais quitté sa position sur le côté droit, mais a été signalée par les membres de l'équipage comme tantôt devant, tantôt derrière, et parfois à côté du B-24, et toujours à environ 1 200 à 1 500 mètres de distance. Elle a été estimée avoir eu environ un pied de diamètre.

Au lever du jour, l'équipage a signalé que cette lumière était montée à 15 000 pieds et restait dans le soleil. Peu de temps après, le B-24 est descendu et a traversé une zone de nuages de 300 pieds et a perdu de vue la lumière.

Le rapport de mission indiquait que lorsque le B-24 avait atterri à Guam, le poursuivant avait suivi un cap de 330 degrés entre 15 000 pieds et 20 000 pieds d'altitude à 02:21:30Z.

Pendant le vol de Truk à Guam, on a observé que la lumière passait d'une couleur orange à un jaune vif ou blanc comme une lumière électrique. La lumière a également été décrite comme ressemblant parfois à une lueur de phosphore. Cette séquence de changements de couleur s'est produite sans être liée aux accélérations ou aux décélérations de la lumière. Le rapport de mission indiquait que la couleur "passait d'un rouge cerise à l'orange, et à une lumière blanche qui s'éteignait puis redevenait rouge cerise", et que "ces objets étaient sur les deux ailes et hors de portée de tir" des mitrailleuses de calibre .50. Toutes deux avaient suivi le B-24 dans tous les types d'actions d'évasion."

La lumière a suivi le B-24 lors de plongées de 11 000 pieds à 3 000 pieds, à travers des changements brusques de cap et même une brève couverture nuageuse, gardant toujours sa même position relative et la même distance. A un moment donné, le pilote avait dirigé l'avion vers la lumière et il a clairement signalé qu'aucun rapprochement ne s'était produit.

Pendant la nuit, de hauts cirrus masquaient le clair de lune et aucune partie de l'objet n'était observée à l'exception de la lumière. Au lever du jour, la lumière s'est transformée en une lueur blanche constante et certains membres de l'équipage ont remarqué une possible forme d'aile avec une lueur argentée.

La station radar de Guam, interrogée par radio, avait déclaré au B-24 qu'elle n'avait détecté aucun avion ennemi à aucun moment où cette lumière était à sa portée. On a estimé que la lumière n'avait jamais été assez proche du bombardier pour qu'il n'y ait eu qu'un seul écho des deux sur le radar et qu'elle aurait donc dû être facilement détectée.

A l'époque, il y avait une évaluation préliminaire ambiguë du chef adjoint du renseignement de l'état-major de l'air, affirmant que les phénomènes ne correspondaient à aucun avion ennemi, ni conventionnel ni à réaction, mais suggéraient qu'elles étaient "d'un type inconnu monté sur des avions japonais" dotés des capacités d'un Irving en mission expérimentale ou d'observation. Bien que certaines caractéristiques des flammes d'échappement des avions à réaction soient apparentes, la portée et la longueur de la lumière dépassent largement les capacités connues des avions à réaction amis ou ennemis. Bien que les observations varient considérablement des caractéristiques des "boules de feu" récemment observé au-dessus du territoire japonais, il existe un grand besoin de renseignements sur tous ces phénomènes aériens."

Données:

Données temporelles:

Date: 3 mai 1945
Heure: 02:18
Durée: 2 heures.
Date du premier rapport connu: 1945
Délai de rapport: Heures.

Données géographiques:

Pays: Micronésie
Département/état:
Commune ou lieu: Atoll de Truk, Guam

Données concernant les témoins:

Nombre de témoins allégués: Plusieurs.
Nombre de témoins connus: ?
Nombre de témoins nommés: 0

Données ufologiques:

Témoignage apporté via: Rapport de mission militaire, synthèse d renseignement militaire.
Conditions d'éclairage: Nuit et jour.
OVNI observé: Oui.
Arrivée OVNI observée: Oui.
Départ OVNI observé: Oui.
Actions OVNI: Suit l'avion, malgré manœuvres évasives.
Actions témoins: Manœuvres évasives, tentative de rapprochement.
Photographies: Non.
Dessins par témoins: Non.
Dessins approuvé par témoins: Non.
Sentiments des témoins: Etonnés.
Interprétations des témoins: ?

Classifications:

Senseurs: [X] Visuel: Plusieurs.
[ ] Radar aéronef:
[X] Radar sol directionnel: Non détecté.
[ ] Radar sol altitude:
[ ] Photo:
[ ] Film/vidéo:
[ ] Effets EM:
[ ] Pannes:
[ ] Dégâts:
Hynek: ?
Armé / non armé: Armé, 10 mitrailleuses Browning M2 de 12,7 mm par 2 dans 4 tourelles, nez, queue, dessus, dessous, et 2 sur les côtés.
Fiabilité 1-3: 3
Etrangeté 1-3: 3
ACUFO: Possibles engins extraterrestres.

Sources:

[Réf. jcn1:] JO CHAMBERLIN:

Loin au sud [du Japon dans les derniers mois de la Seconde Guerre mondiale], un B-24 Liberator se trouvait à 11 000 pieds au-dessus du lagon de Truk, lorsque deux lumières rouges se sont élevées rapidement d'en bas et ont suivi le B-24. Au bout d'une heure, une lumière a fait demi-tour. L'autre a continué - parfois derrière, parfois à côté, parfois devant à environ 1 000 mètres, jusqu'à l'aube où elle a grimpé à 15 000 pieds et est resté dans le soleil, comme un chasseur japonais à la recherche de gibier, mais n'est jamais redescendue. Pendant le vol, la lumière est passée du rouge à l'orange, puis du blanc et est revenue à l'orange, et semblait avoir la taille d'un ballon de basket. Aucune aile ni fuselagen'a été observé. Le B-24 a contacté par radio les stations radar de l'île pour voir s'il y avait des avions ennemis dans le ciel.

La réponse était: "Aucun."

[Réf. kap1:] KENNETH ARNOLD AND RAY PALMER:

L'un des mystères les plus déroutants de la Seconde Guerre mondiale concernait d'étranges apparitions aériennes en forme de boules enflammées rencontrées au-dessus de la lagune de Truk, [... autres endroits...]

[...]

A environ 12 000 pieds d'altitude au-dessus du lagon de Truk, dans l'archipel des Carolines, un pilote d'un B-24 Liberator a été surpris par l'apparition soudaine de deux lumières rouges brillantes qui ont jailli au dessous de lui et ont suivi sa queue pendant 75 minutes. Une boule enflammée a fait demi-tour tandis que l'autre poursuivait toujours son bombardier. Elle manœuvrait de manière à suggérer une direction intelligente à partir d'une télécommande. Elle s'est approchée du Liberator, puis elle a filé en avant et a gardé la tête sur 1 500 mètres. Après cela, elle a pris du retard. Sa vitesse était extrêmement variable. A l'aube, l'étrange boule s'est élevée à quelque 16 000 pieds au-dessus de lui, sous le soleil. Pendant la nuit, le pilote a remarqué des changements dans les couleurs de la boule, qui étaient précisément celles observées au-dessus du Rhin en 1944. Il s'agissait simplement d'une sphère sans appendices.

Le pilote a téléphoné à la base par radio et a reçu la réponse: "Non; aucun avion ennemi n'est près de vous. Votre propre bombardier est le seul là-haut, comme le montre le radar."

[Réf. bbk1:] U.S. AIR FORCE - PROJECT BLUE BOOK:

Scan.

PROJECT 10073 RECORD

1. GROUPE DATE - HEURE
2 mai 1945
2. LIEU
Ile Fala, Atoll de Truk
3. SOURCE
Militaire
10. CONCLUSION
Probablement avion (ennemi)
4. NOMBRE D'OBJETS
Deux
5. LONGUEUR DE L'OBSERVATION
Plus d'1 heure
11. BREF RESUME ET ANALYSE

Deux objets A/B à la même altitude que l'avion de l'observateur (11 000 pieds) sont passés du rouge cerise à l'orange et à une lumière blanche qui s'éteignait puis redevenait rouge cerise.

Suivi l'avion observant malgré tous les types d'actions d'évitement.

A la lumière du jour, l'objet était de couleur argentée brillante.

6. TYPE D'OBSERVATION
Air-Visuel
7. CAP
Non rapporté
8. PHOTOS
Non
9. PREUVES PHYSIQUE
Non

FTD SEP 63 0-329 (TDE) Des éditions précédentes de ce formulaire peuvent être utilisées.

[Réf. gld1:] GORDON LORE ET HAROLD DENEAULT:

Un équipage de B-24 survolant le lagon de Truk, à 1 800 miles au sud-est de Tokyo, a repéré "deux lumières rouges qui sont passés du rouge à l'orange, puis au blanc, et de nouveau à l'orange, et qui semblaient avoir la taille d'un ballon de basket". L'apparition a eu lieu environ une heure avant l'aube, dans les derniers mois de la guerre avec le Japon.

Les "lumières" se sont élevées rapidement d'en bas, ne montrant ni ailes ni fuselage, se positionnaient derrière l'avion et le suivaient pendant environ une heure. Puis une lumière est repartie. L'autre a suivi le bombardier, parfois derrière, parfois à côté, parfois à environ 1 000 mètres devant. A l'aube, la "lumière" s'est élevée à 15 000 pieds et est restée dans le soleil, "comme un chasseur japonais à la recherche de cible, mais n'est jamais redescendue". Les stations radar de l'île n'ont trouvé aucune trace d'un engin dans la zone.

[Réf. lgs1:] LOREN GROSS:

Près du lagon Turk [sic] dans le Pacifique, au début de 1945, deux sphères rouges ont poursuivi un B-24 Liberator. Une heure semblait être la limite pour l'un des globes qui partit sans encouragement. Le globe le plus tenace, cependant, est resté avec le B-24 sur la majeure partie du chemin jusqu'à la cible, mais ne s'est jamais approché à plus de 1 000 mètres.

[Ref. tfo1:] GIANFRANCO DE TURRIS ET SEBASTIANO FUSCO:

Ces auteurs disent qu'en 1945 au Lagon de Truk, archipel de Caroline, un bombardier américain B. 24 a été suivi pendant plus d'une heure et quart par deux "globes enflammés". Dans son rapport le pilote précisait qu'ils semblaient contrôlés depuis le sol, comme s'ils étaient radiocommandés.

[Réf. lwr1:] DR. LOUIS WINKLER:

Scan.

1945; aube/Lagon de Truk/Lore-Deneault

Deux lumières rouges, de la taille d'un ballon de basket, sont passées de l'orange au blanc puis à l'orange. L'une a fait demi-tour tandis que l'autre suivait l'avion et a avancé rapidement de 1 000 mètres. Durée 1h.

[Réf. prt1:] JAN ALDRICH - "PROJECT 1947":

Commandement EST
NUMERO 40 1 JUIN 1945

B-24 DE L'RAF ATTEINT
L'ILE DE CHATHAM

RESUME DU RENSEIGNEMENT
Hebdomadaire

QUARTIER GENERAL DU COMMANDEMENT AERIEN DE L'EST ASIE DU SUD-EST

S E C R E T

B-24 VOIT DES "CERCLES DE LUMIÈRE"

Un B-24 du 11e groupe de bombardement, en mission de surveillance au-dessus de Truk aux petites heures du matin du 3 mai 1945, rencontra ce qui pourrait s'avérer être un phénomène aussi déroutant que les boules de feu vues par les B-29 alors qu'ils sur le continent japonais.

(Extrait de: Hq. AAF, POA, Air Intell. Memo No. 4, 8 mai 1945.)

Le B-24 a d'abord observé deux cercles de lumière rouges s'approchant de l'avion par le bas alors qu'il était toujours au-dessus de l'atoll de Truk. Une lumière était à droite et l'autre à gauche du B-24. La lumière du côté gauche est repartie après une heure et demie. Celle de droite est restée avec le bombardier jusqu'à ce que le B-24 ne soit qu'à 16 kilomètres de Guam. Depuis que le B-24 avait quitté l'atoll, la lumière n'avait jamais quitté sa position du côté droit. Les membres de l'équipage l'ont signalé comme étant parfois devant, parfois derrière et parfois à côté du B-24 et toujours à environ 1 200 à 1 500 mètres de distance.

Au lever du jour, l'équipage a signalé que cette lumière était montée à 15 000 pieds et restait dans le soleil. Peu de temps après, le B-24 est descendu, a traversé une couche nuageuse de 300 pieds et a perdu de vue la lumière.

Pendant le vol de Truk à Guam, on a observé que la lumière passait d'une couleur orange à un jaune vif ou blanc comme une lumière électrique. La lumière a également été décrite comme ressemblant parfois à une lueur de phosphore. Cette séquence de changements de couleur se produisait à intervalles réguliers. La lumière semblait avoir environ un pied de diamètre et les changements de couleur n'ont pas suivi un schéma d'accélération ou de décoloration.

La lumière a suivi le B-24 lors de plongées de 11 000 pieds à 3 000 pieds, à travers des changements brusques de cap et même une brève couverture nuageuse, gardant toujours sa même position relative et sa même distance. A un moment donné, le pilote s'est dirigé vers la lumière et il a clairement signalé qu'aucun rapprochement ne s'était produit. Pendant la nuit, de hauts cirrus masquaient le clair de lune et aucune partie de l'objet n'était observée à l'exception de la lumière. Au lever du jour, la lumière s'est transformée en une lueur blanche constante et certains membres de l'équipage ont remarqué une possible forme d'aile avec une lueur argentée.

Les unités radar de Guam n'ont signalé aucun bogie indiquant que cette lumière était à sa portée. Les membres de l'équipage ont rapporté que la lumière les avait finalement quittés alors qu'ils n'étaient qu'à 10 miles de Guam. La lumière n'était jamais assez proche du bombardier pour émettre un seul signal sur le radar et aurait donc dû être facilement détectée. Deux échos avec IFF n'ont pas été signalés pour le moment, le B-24 étant le seul avion visé.

Le rapport des unités radar de Guam ainsi que le fait que la lumière était toujours visible sur le côté droit du B-24, et que même lorsque le bombardier se tournait vers la lumière, aucun rapprochement n'était noté tendent à faire en sorte que le la possibilité d'un avion à réaction ou même d'un avion de type conventionnel est douteuse.

Une évaluation préliminaire du chef adjoint du renseignement de l'état-major de l'Air donne les possibilités suivantes:

"On pense que les lumières observées étaient celles d'un type inconnu monté sur des avions japonais dotés des capacités d'un Irving lors d'une mission expérimentale ou d'observation. Bien que certaines caractéristiques des flammes d'échappement des réacteurs soient apparentes, la portée et la longueur de la lumière dépassent largement les capacités connues des avions à réaction amis ou ennemis. Bien que les observations diffèrent considérablement des caractéristiques des "boules de feu" récemment observées au-dessus du territoire japonais, il existe un grand besoin de renseignements sur tous les phénomènes aériens.

S E C R E T

Rapports de mission du septième Bomber Command de l'USAAF - 2 MAI 1945
Ile Fala, atoll de Truk, Pacifique central

Truk maintenant Atoll de Chuuk

Carte montrant l'emplacement de l'atoll de Truk dans l'archipel des îles Caroline

Ile Fala-Beguets, (maintenant connue sous le nom de Fanapanges) dans l'atoll de Truk, lieu de l'observation de l'OVNI du B-24.

QUARTIER GENERAL VII Bomber Command

APO #244

RAPPORT DE MISSION NO. 11-327

DATE: 2 MAI 1945 (GCT).

OBSERVATIONS: L'équipage de l'avion #616 au-dessus de l'ILE FALA, TRUK ATOLL, à 021802Z a observé 2 objets aéroportés à leur altitude de 11 000 pieds passant d'un rouge cerise à un orange, et à une lumière blanche qui s'éteignait puis devenait rouge cerise à nouveau. Ces objets se trouvaient sur les deux ailes et n'étaient pas à portée de mitrailleuses de calibre .50. Tous deux suivirent le B-24 à travers tous les types d'actions d'évitement. Un B-24 a pris le cap vers GUAM et l'un des poursuivants est parti à 021900Z après avoir accompagné le B-24 pendant une heure. L'autre a continué à suivre, ne s'approchant jamais à moins de 1 000 mètres et accélérant lorsque le B-24 traversait les nuages pour émerger de l'autre côté devant le B-24. A la lumière du jour, on voyait sa couleur argentée brillante. Alors que le B-24 atterrissait à GUAM, le poursuivant a suivi un cap de 330 degrés entre 15 000 pieds et 20 000 pieds d'altitude à 022130Z. Un B-24 a rencontré huit flammes intenses de couleur vert clair, dont l'une a éclaté et s'est suspendue à 5 000 pieds à 021013Z. Il n'y avait aucune trace ni avertissement jusqu'à l'éclatement réel. Un B-24 a signalé 9 à 10 traînées de feu de type traceur rouge jusqu'à 5 000 pieds. Ils sont venus par paires et une paire s'est approchée à moins de 50 à 100 mètres de la queue du B-24 à 021010Z. La source de chaque paire se trouvait à un endroit différent.

Source: Rapports de mission du septième Bomber Command, 742.332 - 8 février - 16 mai 1945

[Réf. cun1:] BARRY GREENWOOD - CUFON:

Le 9 septembre 1998, le texte de plusieurs documents officiels mentionnant des Foo-Fighters et des phénomènes de type Foo-Fighter a été présenté sur le site Internet du Computer UFO Network (CUFON). Ces documents ont été localisés et fournis au CUFON par Barry Greenwood, chercheur chevronné, rédacteur en chef du bulletin du CAUS Just Cause pendant de nombreuses années, co-auteur du livre "Clear Intent" et rédacteur en chef de la UFO Historical Review qui a débuté en juin 1998. L'un des documents était:

(CENSURE)
(INFORMATIONS DE SECURITE)

UNITED STATES AIR FORCE
UNIVERSITE DE L'AIR
INSTITUT D'ETUDES DE RECHERCHE
Base aérienne de Maxwell, Alabama

22 janvier 53

Major-général John A. Samford
Directeur du renseignement
Quartier général de l'USAF
Washington 25, DC.

Cher Général Samford :

Au vu des récents rapports sur les lumières vues au-dessus du Japon, le récit ci-joint peut être intéressant. L'original se trouve dans les archives de la division historique de l'USAF, Air University.

Cordialement vôtre,

ALBERT F. SIMPSON
Chef, Historique de l'USAF
Division

Si la pièce jointe n°__{1}__ est retirée (ou n'est pas jointe), la classification de cette correspondance sera annulée conformément au paragraphe 25e. AF 205-1

CLASSIFICATION CHANGEE EN
( ) NON CLASSIFIE
PAR AUTORITE DU
DIRECTEUR RS? AU
PAR : {/s/ G.C. Cobb Col USA.
DATE 17 NOVEMBRE 1955

(CENSURE)
(INFORMATIONS DE SECURITE)

( -- SAUT DE PAGE -- )

(Haut de la page masqué par une page pliée)

QUARTIER GENERAL du VIIe Bomber Command
APO #244

RAPPORT DE MISSION NO. 11-327

DATE : 2 MAI 1945 (GCT).

(BLACKED OUT)
(SECURITY INFORMATION)

( -- SAUT DE PAGE -- )

(SECRET)

EXHIBIT III

OBSERVATIONS: L'équipage de l'avion #616 au-dessus de l'iLE FALA, ATOLL de TRUK, à 021802Z a observé 2 objets aéroportés à leur altitude de 11 000 pieds passant d'un rouge cerise à un orange, et à une lumière blanche qui s'éteignait puis deviendrait rouge cerise à nouveau. Ces objets se trouvaient sur les deux ailes et n'étaient pas à portée de mitrailleuses de calibre .50. Tous deux suivirent le B-24 à travers tous les types d'actions d'évitement. Un B-24 a pris le cap vers GUAM et l'un des poursuivants a abandonné la poursuite à 021900Z après avoir accompagné le B-24 pendant une heure. L'autre a continué à suivre, ne s'approchant jamais à moins de 1 000 mètres et accélérant lorsque le B-24 traversait les nuages pour émerger de l'autre côté devant le B-24. A la lumière du jour, on voyait sa couleur argentée brillante. Alors que le B-24 atterrissait à GUAM, le poursuivant a suivi un cap de 330 degrés entre 15 000 pieds et 20 000 pieds d'altitude à 022130Z. Un des B-24 a rencontré huit flammes intenses de couleur vert clair, dont l'une a éclaté et s'est suspendue à 5 000 pieds à 021013Z. Il n'y avait aucune trace ni avertissement jusqu'à l'éclatement réel. Un B-24 a signalé 9 à 10 traînées de feu de type traceur rouge jusqu'à 5 000 pieds. Ils sont venus par paires et une paire s'est approchée à moins de 50 à 100 mètres de la queue du B-24 à 021010Z. La source de chaque paire se trouvait à un endroit différent.

() Source : Rapports de mission du septième Bomber Command, 742.332 - 8 février - 16 mai 1945 ()

(CENSURE)
(INFORMATIONS DE SECURITE)

( -- SAUT DE PAGE -- )

(SECRET)

PIECE III

[Réf. bgd1:] BARRY GREENWOOD:

UN B-24 VOIT DES "CERCLES DE LUMIÈRE"

Un B-24 du 11e groupe de bombardement, en mission de surveillance au-dessus de Truk aux petites heures du matin du 3 mai 1945, rencontra ce qui pourrait s'avérer être un phénomène aussi déroutant que les boules de feu vues par les B-29 alors qu'ils sur le continent japonais. (Extrait du QG, AAF, POA, Air Intell. Memo No.4, 8 mai 1945.)

Le B-24 a d'abord observé deux cercles de lumière rouges s'approchant de l'avion par le bas alors qu'il était encore au-dessus de l'atoll de Truk. Une lumière était à droite et l'autre à gauche du B-24. La lumière du côté gauche a rebroussé chemin après une heure et demie. Celle de droite est restée avec le bombardier jusqu'à ce que le B-24 ne soit qu'à 16 kilomètres de Guam. Depuis que le B-24 avait quitté l'atoll, la lumière n'a jamais quitté sa position du côté droit. Les membres de l'équipage l'ont signalé comme étant parfois devant, parfois derrière et parfois à côté du B-24 et toujours à environ 1 200 à 1 500 mètres de distance.

Au lever du jour, l'équipage a signalé que cette lumière était montée à 15 000 pieds et restait dans le soleil. Peu de temps après, le B-24 est descendu, a traversé une couche nuageuse de 300 pieds et a perdu de vue la lumière.

Pendant le vol de Truk à Guam, on a observé que la lumière passait d'une couleur orange à un jaune vif ou blanc comme une lumière électrique. La lumière a également été décrite comme ressemblant parfois à une lueur de phosphore. Cette séquence de changements de couleur se produisait à intervalles réguliers. La lumière semblait avoir environ un pied de diamètre et le changement de couleur ne suivait pas un schéma d'accélération ou de décélération.

La lumière a suivi le B-24 lors de plongées de 11 000 pieds à 3 000 pieds, à travers des changements brusques de cap et même une brève couverture nuageuse, gardant toujours sa même position relative et sa même distance. A un moment donné, le pilote s'est tourné vers la lumière et il a clairement signalé qu'aucun rapprochement ne s'était produit. Pendant la nuit, de hauts cirrus masquaient le clair de lune et aucune partie de l'objet n'était observée à l'exception de la lumière. Au lever du jour, la lumière s'est transformée en un souffle blanc constant et certains membres de l'équipage ont remarqué une possible forme d'aile avec une lueur argentée.

Les unités radar de Guam n'ont signalé aucun bogie indiquant que cette lumière était à sa portée. Les membres de l'équipage ont rapporté que la lumière les avait finalement quittés alors qu'ils n'étaient qu'à 10 miles de Guam. La lumière n'était jamais assez proche du bombardier pour émettre un seul signal sur le radar et aurait donc dû être facilement détectée. Deux échos avec IFF n'ont pas été signalés pour le moment, le B-24 étant le seul avion visé.

Le rapport des unités radar de Guam et le fait que la lumière était toujours visible sur le côté droit du B-24, et que même lorsque le bombardier se tournait vers la lumière, aucun rapprochement n'était noté, tendent à indiquer la possibilité d'un avion à réaction ou même d'un avion de type conventionnel est douteuse.

Une évaluation préliminaire du chef adjoint du renseignement de l'état-major de l'Air donne les possibilités suivantes:

"On pense que les lumières observées étaient celles d'un type inconnu monté sur un avion japonais doté des capacités ou sur un Irving en mission expérimentale ou d'observation. Bien que certaines caractéristiques des flammes d'échappement des jets soient apparentes, la portée et la longueur de la lumière dépassent largement les capacités connues des avions à réaction amis ou ennemis. Bien que les observations diffèrent considérablement des caractéristiques des "boules de feu" récemment observées au-dessus du territoire japonais, il existe un grand besoin de renseignements sur tous les phénomènes aériens.

SECRET

Section II - page 3

Ce document était légendé: "Extrait de quartier général du Commandement aérien de l'Est, Asie du Sud-Est, "Résumé hebdomadaire des renseignements", 1er juin 1945 - Merci à Jan Aldrich."

[Réf. gvo1:] GODELIEVE VAN OVERMEIRE:

1945, 3 mai

Océan Pacifique, île de Fala et Atoll de Truck Dans la matinée le pilote d'un bombardier B 24(du 11e bomber group) vit deux objets de couleur rouge cerise changer de couleur en suivant son appareil malgré ses manœuvres évasives. (PROJECT ACUFOE, Catalogue 1999, Dominique Weinstein)

[Réf. lhh1:] LARRY HATCH:

539: 1945/05/03 03:00 44 151:47:00 E 7:30:00 N 3332 OCN PAC SPC 6:7
Ile FALA,TRUK:EQUIPAGE B29:2 CCLs ROUGE suivent B24 AVEC MNVRS CMPLX>GUAM:1 fait demi-tour:
Réf# 65 HALL,Richard: Frm AIRSHIPS to ARNOLD Page No. 25: EN VOL

[Réf. jck1:] JEROME CLARK:

L'auteur dit qu'un résumé hebdomadaire des renseignements du quartier général du Eastern Air Command, Asie du Sud-Est, daté du 8 mai 1945 et classé SECRET, rapporte un événement extraordinaire qui a eu lieu aux petites heures du matin du 3 mai 1945:

"Le B-24 a d'abord observé deux cercles de lumière rouge s'approchant de l'avion par le bas alors qu'il était encore au-dessus de l'atoll de Truk. Une lumière était à droite et l'autre à gauche du B-24. La lumière sur le côté gauche a fait demi-tour après une heure et demie. Celle de droite est restée avec le bombardier jusqu'à ce que le B-24 ne soit plus qu'à 10 miles de Guam. A partir du moment où le B-24 a quitté l'atoll, la lumièren'a jamais a quitté sa position sur le côté droit. Elle a été signalée par les membres de l'équipage comme tantôt devant, tantôt derrière, et parfois à côté du B-24 et toujours à environ 1 200 à 1 500 mètres de distance.

Au lever du jour, l'équipage a signalé que cette lumière était montée à 15 000 pieds et restait dans le soleil. Peu de temps après, le B-24 est descendu, a traversé une couche de nuages de 300 pieds et a perdu de vue la lumière.

Pendant le vol de Truk à Guam, on a observé que la lumière passait d'une couleur orange à un jaune vif ou blanc comme une lumière électrique. La lumière a également été décrite comme ressemblant parfois à une lueur de phosphore. Cette séquence de changements de couleur se produisait à intervalles réguliers. La lumière semblait avoir environ un pied de diamètre et les changements de couleur n'ont pas suivi un schéma régulier d'accélération ou de décoloration.

La lumière a suivi le B-24 lors de plongées de 11 000 pieds à 3 000 pieds, à travers des changements brusques de cap et même une brève couverture nuageuse, gardant toujours sa même position relative et sa même distance. A un moment donné, le pilote s'est dirigé vers la lumière et il a clairement signalé qu'aucun rapprochement ne s'était produit. Pendant la nuit, de hauts cirrus masquaient le clair de lune et certains membres de l'équipage ont remarqué une possible forme d'aile avec une lueur argentée.

Les unités radar de Guam n'ont signalé aucun écho indiquant que cette lumière était sur leur écran. Les membres de l'équipage ont rapporté que la lumière les avait finalement quittés alors qu'ils n'étaient qu'à 10 miles de Guam. La lumière n'était jamais assez proche du bombardier pour émettre un signal unique avec lui sur le radar et aurait donc dû être facilement détectée. Deux échos avec l'IFF n'ont pas été signalés à ce moment, le B-24 étant le seul avion sur l'écran.

Le rapport des unités radar de Guam ainsi que le fait que la lumière était toujours visible sur le côté droit du B-24, et que même lorsque le bombardier se dirigeait vers la lumière, aucun rapprochement n'était noté[,] tend à rendre douteuse la possibilité d'un avion à réaction ou même d'un type d'avion conventionnel.

Une évaluation préliminaire réalisée par le chef adjoint du renseignement de l'état-major de l'Air a donné les possibilités suivantes:

On pense que les lumières observées étaient celles d'un type inconnu monté sur des avions japonais... dans le cadre d'une mission expérimentale ou d'observation. Même si certaines caractéristiques des flammes d'échappement des avions à réaction sont apparentes, la portée et la longueur de la lumière dépassent largement les capacités connues des avions à réaction amis ou ennemis. Bien que les observations diffèrent considérablement des caractéristiques des "boules de feu" récemment observées au-dessus du territoire japonais, il existe un grand besoin de renseignements sur tous les phénomènes aériens.

[Ref. dwn1:] DOMINIQUE WEINSTEIN:

2 may 1945

Ile Fala, atoll de Truck, océan Pacifique à 18 h 02 (Zulu), l'équipage d'un bombardier B-24 (#616) a observé deux objets en vol à leur altitude de 11 000 pieds. Passant d'un rouge cerise à un orange, puis à une lumière blanche qui s'éteint puis redevient rouge cerise. Ces objets se trouvaient sur les deux ailes et n'étaient pas à portée de mitrailleuses de calibre .50. Tous deux ont suivi le B-24 dans tous les types d'actions d'évitement. Le B-24 fait route vers Guam et l'un des poursuivants abandonne à 19h00 (Zulu) après avoir accompagné le B-24 pendant une heure. L'autre a continué à suivre, ne s'approchant jamais à moins de 1 000 yards (914 m) et accélérant lorsque le B-24 traversait les nuages pour émerger de l'autre côté devant le B-24. A la lumière du jour, on voyait sa couleur argentée brillante. Alors que le B-24 atterrissait à Guam, le poursuivant a suivi un cap de 330 degrés entre 15 000 et 20 000 pieds d'altitude à 21 h 30 (Zulu).

A 22 h 10 (Zulu), un autre équipage de B-24 a signalé 9 à 10 traînées de feu de type traceur rouge jusqu'à 5 000 pieds

Ils sont venus par paires et une paire s'est approchée à moins de 50 à 100 mètres de la queue de l'avion. La source de chaque paire se trouvait à un endroit différent.

A 22 h 13 (Zulu) dans la même zone, un autre B-24 a rencontré huit flammes intenses de couleur vert clair dont une a éclaté et est restée suspendue à 5 000 pieds. Il n'y avait aucune trace ni avertissement jusqu'à l'éclatement réel.

Sources: USAF Project Blue Book report form FTD 0-329 / 7th Bomber Command Mission reports, 742.332 - 8 February-16 May 1945, Mission report #11-327 / Project 1947, Jan Aldrich.

[Réf. jrr1:] JOHN B. RINGER:

Le rapport de mission suivant a été soumis au quartier général du VII Bomber Command (Théâtre du Pacifique) le 2 mai 1944.

Observations: L'équipage de l'avion n° 616 au-dessus de l'ILE FALA, ATOLL DE TRUK, à 021802Z a observé 2 objets aéroportés à leur altitude de 11 000 passant d'un rouge cerise à un orange, et à une lumière blanche qui s'éteignait et puis redevenait rouge cerise. Ces objets se trouvaient sur les deux ailes et n'étaient pas à portée de mitrailleuses de calibre .50. Tous deux suivirent le B-24 à travers tous les types d'actions d'évitement. Un B-24 a pris le cap vers GUAM, et l'un des poursuivants a abandonné à 021900Z après avoir accompagné le B-24 pendant une heure. L'autre a continué à suivre, ne s'approchant jamais à moins de 1 000 mètres et accélérant lorsque le B-24 traversait les nuages pour émerger de l'autre côté devant le B-24. A la lumière du jour, il était de couleur argentée brillante. Alors que le B-24 atterrissait à GUAM, le poursuivant a suivi un cap de 330 degrés entre 15 000 pieds et 20 000 pieds d'altitude à 022130Z. Un B-24 a rencontré huit flammes intenses de couleur vert clair, dont l'une a éclaté et s'est suspendue à 5 000 pieds à 021013Z. Il n'y avait aucune trace ni avertissement jusqu'à l'éclatement réel. Un B-24 a signalé 9 à 10 traînées de feu de type traceur rouge jusqu'à 5 000 pieds. Ils sont venus par paires et une paire s'est approchée à moins de 50 à 100 mètres de la queue du B-24 à 021010Z. La source de chaque paire se trouvait à un endroit différent. 5

La source "5" est détaillée comme étant: "Greenwood, Barry, Foo-Fighter Documents. www.cufon.org/cufon/foo, au 21/10/2007."

[Réf. dwn2:] DOMINIQUE WEINSTEIN:

Cas 126

3 mai 1945

Atoll de Truck, Océan Pacifique

L'équipage d'un B-24 du 11th Bomb Group, en mission de surveillance au-dessus de Truck tôt le matin, a observé deux cercles de lumière rouge s'approchant de l'avion par le bas alors qu'il était encore au-dessus de l'atoll de Truck. Une lumière était sur la droite et l'autre sur le côté gauche de l'avion. La lumière du côté gauche s'est éteinte après une heure et demie. Celle de droite est restée avec le bombardier jusqu'à ce que le B-24 soit à 10 milles de Guam. Cette lumière a été signalée par les membres de l'équipage comme étant parfois devant, parfois derrière et parfois à côté du B-24 et toujours à environ 1 200 à 1 500 mètres de distance. La lumière a suivi l'avion lors de plongées de 11 000 à 3 000 pieds, à travers des changements brusques de cap et même une brève couverture nuageuse gardant toujours la même position relative et la même distance. A un moment donné, le pilote s'est dirigé vers la lumière sans que le rapprochement ne se produise. Pendant la nuit, de hauts cirrus masquaient le clair de lune et aucune partie de l'objet n'était observée à l'exception de la lumière. Au lever du jour, la lumière s'est transformée en une lueur blanche et constante et certains membres de l'équipage ont remarqué une possible forme d'aile avec une lueur argentée.

Sources: US AAF Air Intelligence Memorandum N°4, 8 May 1945 / Remarkable luminous phenomena in nature, William L. Corliss, 2001

Le cas a été enregstré une deuxième fois comme:

Cas 125

2 mai 1945

Ile de Fala, atoll de Truck, Océan Pacifique

Dans la soirée, neuf B-24 du 431e Escadron du 11e Groupe de bombardement se dirigeaient vers un raid de bombardement nocturne contre une installation aérienne japonaise.

A 1802 (Zulu) l'équipage d'un bombardier B-24 (#616) a observé deux objets aériens à leur 11 000 pieds d'altitude, passant d'un rouge cerise à un orange, et à une lumière blanche qui s'éteint puis devient rouge cerise à nouveau. Ces objets se trouvaient sur les deux ailes et n'étaient pas à portée de mitrailleuses de calibre .50. Tous deux ont suivi le B-24 dans tous les types d'actions d'évitement. Le B-24 fait route vers Guam et l'un des poursuivants abandonne à 19h00 (Zulu) après avoir accompagné le B-24 pendant une heure. L'autre a continué à suivre, ne s'approchant jamais à moins de 1 000 yards (914 m) et accélérant lorsque le B-24 traversait les nuages pour émerger de l'autre côté devant le B-24. A la lumière du jour, on voyait sa couleur argentée brillante. Alors que le B-24 atterrissait à Guam, le poursuivant a suivi un cap de 330 degrés entre 15 000 et 20 000 pieds d'altitude à 21 h 30 (Zulu).

A 22 h 10 (Zulu), un autre équipage de B-24 a signalé 9 à 10 traînées de feu de type traceur rouge jusqu'à 5 000 pieds. Ils sont venus par paires et une paire s'est approchée à moins de 50 à 100 mètres de la queue de l'avion. La source de chaque paire se trouvait à un endroit différent.

A 22 h 13 (Zulu) dans la même zone, un autre B-24 a rencontré huit flammes intenses de couleur vert clair dont une a éclaté et est restée suspendue à 5 000 pieds. Il n'y avait aucune trace ni avertissement jusqu'à l'éclatement réel.

Sources: USAF Project Blue Book report form FTD 0-329 / 7th Bomber Command Mission reports, 742.332 - 8 février-16 May 1945, Mission report #11-327 / Project 1947, Jan Aldrich.

(Réf. nip1:) "THE NICAP WEBSITE":

2 mai 1945; Ile Fala, atoll de Truk

Deux objets aéroportés et des cercles rouges de lumière et passant du rouge cerise à l'orange puis au blanc puis à nouveau au rouge cerise; suivi pendant plus d'une heure; pas de retour radar. (Page 163 Réf.1)

La référence 1 est décrite en fin de document comme "Strange Company (2007), Keith Chester".

[Ref. tai1:] SITE WEB "THINK ABOUT IT":

Date: 2 mai 1945

Lieu: île de Fala, atoll de Truk

Heure:

Résumé: Deux objets aéroportés et & des cercles de lumière rouges passant du rouge cerise à l'orange puis à une lumière blanche puis à nouveau rouge cerise; suivi pendant plus d'une heure; aucun retour radar.

Source: Page 163 Réf.1

Cette source a noté le cas une deuxième fois avec une date incomplète:

Date: fin du mois de mai 1945,

Lieu:

Heure:

Résumé: La majeure partie du 509e groupe composite est arrivée sur l'île de Tinian, dans les îles Mariannes, dans l'ouest de l'océan Pacifique. Le mouvement s'est effectué via des avions C-54 ou B-29 suivant une route des Etats-Unis vers Hickman Field, Hawaï, jusqu'à l'île Johnston, jusqu'à l'île Kwajalein dans les îles Marshall, puis vers l'île Tinian. Le premier C-54 , numéro 9009, de l'Advanced Air Echelon a volé de Kwajelein à Tinian le 22 mai 1945. On peut voir que la dernière étape du voyage de Kwajelein à Tinian traverse le nord des îles Carolines. Les îles Carolines sont l'endroit où se trouve l'atoll de Truk. Une rencontre extraordinaire avec des objets aéroportés non identifiés s'est produite le 2 mai 1945, entre l'atoll de Truk et l'île de Guam, dans les îles Mariannes.

APO #244

RAPPORT DE MISSION NO. 11-327

DATE: 2 MAI 1945 (GCT).

OBSERVATIONS: L'équipage de l'avion #616 au-dessus de l'ILE FALA, ATOLL DE TRUK, à 021802Z a observé 2 objets aéroportés à leur altitude de 11 000 pieds passant d'un rouge cerise à un orange, et à une lumière blanche qui s'éteignait puis devenait rouge cerise à nouveau. Ces objets se trouvaient sur les deux ailes et n'étaient pas à portée de mitrailleuses de calibre .50. Tous deux suivirent le B-24 à travers tous les types d'actions d'évitement. Un B-24 a pris le cap vers GUAM et l'un des poursuivants a abandonné à 021900Z après avoir accompagné le B-24 pendant une heure. L'autre a continué à suivre, ne s'approchant jamais à moins de 1 000 mètres et accélérant lorsque le B-24 traversait les nuages pour émerger de l'autre côté devant le B-24. A la lumière du jour, on voyait sa couleur argentée brillante. Alors que le B-24 atterrissait à GUAM, le poursuivant a suivi un cap de 330 degrés entre 15 000 pieds et 20 000 pieds d'altitude à 022130Z. Un B-24 a rencontré huit flammes intenses de couleur vert clair, dont l'une a éclaté et s'est suspendue à 5 000 pieds à 021013Z. Il n'y avait aucune trace ni avertissement jusqu'à l'éclatement réel. Un B-24 a signalé 9 à 10 traînées de feu de type traceur rouge jusqu'à 5 000 pieds. Elles sont venus par paires et une paire s'est approchée à moins de 50 à 100 mètres de la queue du B-24 à 021010Z. La source de chaque paire se trouvait à un endroit différent. Jo Chamberlin, dans un article de 1945 sur les Foo Fighters publié dans l'American Legion Magazine, fournit ce qui est la première source secondaire. Loin au sud, un B-24 Liberator se trouvait à 11 000 pieds au-dessus du lagon de Truk, lorsque deux feux rouges se sont levés rapidement de ci-dessous, et suivit le B-24. Au bout d'une heure, une lumière s'est éteinte. L'autre a continué - parfois derrière, parfois à côté, parfois en avant d'environ 1 000 mètres, jusqu'à l'aube où elle a grimpé à 15 000 pieds et est restée dans le soleil, comme un chasseur japonais à la recherche de gibier, mais n'est jamais redescendue. Pendant le vol, la lumière est passée du rouge à l'orange, puis du blanc et est revenue à l'orange, et semblait avoir la taille d'un ballon de basket. Aucune aile ni fuselagen'a été observé. Le B-24 a contacté par radio les stations radar de l'île pour voir s'il y avait des avions ennemis dans le ciel. La réponse était: "Aucun". Une affaire curieuse, et pour laquelle de nombreuses solutions ont été proposées, avant la fin de la guerre et depuis. Aucune d'entre elles ne tient. Le point important est le suivant: aucun B-29n'a été touché par les boules de feu, même si l'avenir tenu, personne ne le savait. Les Japonais essayaient désespérément de renforcer leur défense par tous les moyens possibles contre les attaques aériennes, mais sans succès. Nos B-29 ont continué à faire pleuvoir la destruction sur les cibles militaires japonaises et ont finalement largué la bombe atomique. Naturellement, les autorités de l'armée américaine au Japon s'efforceront de découvrir le secret, mais il se peut qu'il soit caché aussi bien qu'il semble l'être en Europe.

Source: QUARTIER GENERAL VII Bomber Command

[Réf. get1:] GEORGE M. EBERHART:

3 mai - Tôt le matin. Neuf B-24 du 431e Escadron du 11e Groupe de bombardement se lancent dans une mission de bombardement contre les installations aériennes japonaises sur l'atoll de Truk (aujourd'hui Chuuk) en Micronésie. Un avion au-dessus de l'île de Fala voit deux objets à leur altitude de 11 000 pieds, passant du rouge cerise à l'orange puis au blanc, puis s'éteignant et redevenant rouge cerise. Tous deux suivent le B-24 à travers toutes sortes d'actions d'évitement. ("B-24 Sights Circles of Light", UFO Historical Revue, n° 2 (septembre 1998): 8 [lien vers http://www.greenwoodufoarchive.com/uhr/uhr02.pdf]; Strange Company 163-165; NICAP, "2 mai, observation de l'atoll de Truk")

[...]

9 juin - Le XXI Bomber Command Air Intelligence publie un rapport de renseignement aérien sur les boules de feu dans le théâtre du Pacifique. L'observation de Truk est attribuée à un avion expérimental japonais inconnu, mais pas à un avion à réaction. (Strange Company 177-180)

Informations aéronef(s):

Le Consolidated B-24 "Liberator" (photo ci-dessous) était un bombardier lourd américain utilisé durant la Seconde Guerre mondiale par les forces aériennes et navales alliées.

En avril 1944, certains B-24 avaient été équipés de radars H2X. Son long rayon d'action lui avait permis des rôles de patrouilleur maritime, patrouilleur anti-sous-marine, et reconnaissance, dans l'Atlantique et le Pacifique.

B-24.

Discussion:

Carte.

Guam, l'endroit où la deuxième lumière a quitté l'avion, se trouve à environ 1 000 km au nord-ouest de l'atoll de Truk, où les lumières ont été vues pour la première fois.

On donne au B-24 une vitesse maximale de 470 km/h; ce qui signifie qu'au plus rapide il aurait parcouru la distance de Truk à Guam en 2 heures, ce qui donne donne une indication de durée de l'observation d'au moins deux heures.

Il n'était pas totalement absurde sur le moment pour le renseignement aérien militaire américain de se demander si ces lumières étaient des engins japonais plus ou moins avancés.

Le recul du temps permet de l'écarter. Le Kawanishi Baika était une sorte de V-1 piloté servant à des missions suicide, avec son rayon d'action de 278 km il n'aurait jamais pu aller d'une base japonaises jusqu'à Truk puis de Truk jusqu'à Guam.

Le Nakajima Ki-201 "Karyu" devait être une copie japonaise du Messerchmitt Me-262 allemand; mais au moment de la redition du Japon, la construction de l'unique prototype n'était pas terminée. Le Nakajima "Kikka" était lui aussi une copie japonaise du Messerchmitt Me-262 allemand; un protoype a été construit; mais il n'y effectué qu'un seul vol, au Japon, pas du tout sur Truk.

Le Yokosuka MXY-7 "Ohka" a été une bombe volante propulsée par fusée et pilotée, effectuant les missions "Kamikaze"; il a été utilisé à partir d'avril 1945, mais sur Okinawa. Il n'y avait aucune possibilité qu'il ait été sur l'atoll de Truk et ait suivi un B-27 jusqu'à Guam avec son rayon d'action de 37 km.

Etaient-ces avions "conventionnels"? Je ne vois pas comment car tout s'y oppose: l'absence d'attaque, l'inanité de la pousruite de deux heures sans attaque, la séquence des changements de couleur, l'absence de trace sur le radar au sol.

Etait-ce un phénomène naturel? Il n'en existe aucun connu à ce jour qui puisse effectuer l'approche, les maneuvres de suivi, les passages sur l'avant et l'arrière du B-24, le maintien de la distance lorsque le B-24 tente une approche, etc.

Evaluation:

Possibles engins extraterrestres.

Références des sources:

* = Source dont je dispose.
? = Source dont l'existence m'est signalée mais dont je ne dispose pas. Aide appréciée.

Historique du dossier:

Rédaction

Auteur principal: Patrick Gross
Contributeurs: Aucun
Reviewers: Aucun
Editeur: Patrick Gross

Historique des changements

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 30 novembre 2023 Création, [jcn1], [kap1], [bbk1], [gld1], [lgs1], [lwr1], [prt1], [cun1], [bgd1], [vgo1], [wcs1], [lhh1], [jck1], [jrr1], [dwn2], [nip1], [get1].
1.0 Patrick Gross 30 novembre 2023 Première publication.
1.1 Patrick Gross 7 décembre 2023 Additions [dwn1], [tai1].
1.2 Patrick Gross 5 mai 2024 Addition [tfo1].

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 5 mai 2024.