Index ACUFO -> Accueil 

This page in EnglishClick!

ACUFO:

ACUFO est un catalogue à visée exhaustive des cas de rencontres entre aéronefs et OVNIS, qu'elles soient «expliquées» ou «inexpliquées».

Le catalogue ACUFO donne pour chaque cas un dossier comprenant un numéro de cas, un résumé, des informations quantitatives (date, lieu, nombre de témoins...), des classifications, l'ensemble des sources mentionnant l'affaire, avec leur références, une discussion du cas dans le but d'une évaluation de ses causes, et un historique des changements apportés au dossier.

Cas précédent Cas suivant >

Long Beach, Californie, USA, le 5 avril 1943:

Numéro de cas:

ACUFO-1943-04-05-LONGBEACH-1

Résumé:

Dans les archives du «Projet Blue Book» de l'ATIC (Advanced Technical Intelligence Center) de l'US Air Force, qui était censé traiter de la question des OVNIS dans les années 1950, se trouve une lettre, anonymisée, dateée de mai 1952, rapportant ceci:

En 1943 j'étais un instructeur de vol aux instruments affecté au 6ème groupe de Transport du Commandement du Transport Aérien et basé à Long Beach en Californie. Ma routine quotidienne était de piloter pendant quatre périodes d'une heure le matin pour instruire un élève différent à chaque heure. Sur un vol, tandis que nous allions vers la jambe Sud-Ouest de la Long Beach radio range à 5000 pieds d'altitude et à la vitesse anémométrique de croisière normale d'un avion d'entraînement BT-13A, mon étudiant et moi avons été témoin d'un objet qui aujourd'hui défie les explications logiques.

Cet objet est apparu depuis le nord-Est sur une trajectoire vol horizontale et a tourné tout en ralentissant depuis une grande vitesse pour voler en parallèle à nous pendant approximativement 30 secondes avant qu'il n'ait disparu de notre vue à une altitude légèrement montante (5 degrés), allant vers la droite passant devant le nez de l'avion et à une vitesse que je puis maintenant estimer avoir été comprise entre 2000 à 5000 miles par heure.

Tant d'années ont passé depuis lors qu'il est difficile de reconstruire l'aspect de l'objet mais quelques faits importants sont encore clairs et vifs dans mon esprit. Les voici:

  1. Cet incident s'est produit au-dessus d'une couverture de brouillard avec un état du ciel dégagé et une vue illimitée au-dessus.
  2. L'objet était de la coureur Orange International (1), avait une forme elliptique ou arrondie vers l'avant, était proportionné en quelque sorte comme un fuselage d'un avion conventionnel.
  3. L'arrière de l'objet soit n'avait eu aucune signification, soit je ne puis pas m'en rappeler le profil.
  4. Aucun hélice ou tuyère de réacteur n'était visible; il n'y avait pas non plus la moindre flamme, fumée ou traînée de vapeur.
  5. Il a ralenti d'une façon instable. (C.à.d) Vacillation à l'extérieur de son attitude penchée tout en tournant et plongeant longitudinalement jusqu'à dix degrés de son chemin de vol.
  6. Il a volé exactement à la même altitude que nous et tandis qu'il était en cette position il n'a exhibé aucun autre mouvement que la vitesse vers l'avant, identique à celle de notre avion.
  7. Son départ de ce secteur a également semblé instable au début de son accélération. Il a semblé s'incliner en avant avec la partie arrière vacillante jusqu'à ce que sa direction ait été établie.
  8. De sa position à notre niveau à dix degrés à la droite de notre nez et à la position à cinq degrés de haut jusqu'à être hors de la vue, cela a pris approximativement une seconde et demie.

Une série d'événements peu communs a contribué au fait que cet objet n'a fait aucune impression saisissante sur mon élève et moi. Il y avait eu une rumeur à ce moment selon laquelle Lockheed Aircraft Company construisait un avion à réaction et nous avons pensé que nous avions été témoin de son vol. J'ai appris beaucoup plus tard que le premier vol du Lockheed P-80 (3)n'a pas eu lieu avant un an après cette date.

En outre, j'avais un appareil photo dans l'avion à ce moment et bien qu'il ait été accroché sur bouton de commande de la dilution d'huile et prêt à être utilisé, je ne l'ai pas employé par crainte de photographier un avion fortement secret.

Je peux [me rappeler] avoir dit à mon élève par l'intercom: «Sors de dessous le capot. Le jet de Lockheed est en train de voler en formation avec nous.»

L'étudiant a repoussé le capot (2) et tous les deux nous avons été témoin du vol de l'objet bord à bord avec nous et de son vol hors de notre vue. Alors l'étudiant est retourné sous le capot et l'épisode a été terminé. En y repensant, je crois que le fait que ni l'un ni l'autre de nous deuxn'a attaché de grande importance à son sujet à ce moment-là doit impliquer qu'il a ressemblé à quelque chose qui aurait eu des contours aérodynamiques connus. Ce n'est que quand j'ai été témoin pour la première fois d'un des premiers vol du P-80, que j'ai renoncé à cette impression. Immédiatement, en voyant la lenteur relative du P-80 et ses contours facilement identifiables, j'ai réalisé que nous avions été témoin d'un certain objet inexplicable...»

Un autre rapport d'observation de ce pilote a été publié dans le magazine aéronautique Western Flyer, de Tacoma, Washington, USA, dans le numéro du 7 juillet 1989.

Il a été écrit par Gerry A. Casey, qui était présenté comme un écrivain respecté dans le domaine de l'aviation et ancien inspecteur de la Civilian Aviation Authority (CAA) et de la Federal Aviation Authority (FAA). On nous dit que pendant la Seconde Guerre mondiale, il était instructeur dans l'armée.

Casey a expliqué qu'il était alors instructeur principal de l'Army Air Corps, entraînant les élèves à voler aux instruments, et que son observation a eu lieu à 9:50 du matin le 5 avril 1943, et qu'elle a commencé et s'est terminée en moins d'une minute et quelques secondes.

Il explique que quelques jours avant son expérience, alors qu'il discutait avec des collègues à leur base de Long Beach de l'Air Corps Ferry Command en Californie, il avait entendu une rumeur selon laquelle Lockheed était en train de concevoir un avion de chasse expérimental qui étonnerait le monde entier parce qu'il était sans hélice. Les aviateurs s'accordèrent à dire que cette rumeur n'était «ni plus ni moins stupide que ce qu'on entendait habituellement».

Il a rapporté:

Ce jour-là, l'un de mes premiers étudiants a été confronté à un décollage en aveugle sur les instruments principaux. Il n'était pas inquiet du fait que la météo réelle était de 200 pieds avec une visibilité d'un huitième de mile. Ce temps était considéré comme normal pour Long Beach lorsque la couche marine éclatait.

Après un joli décollage et une montée à travers la couche nuageuse, nous avons passé environ 40 minutes à 5 000 pieds, de navigation aller-retour sur les tronçons sud-est-nord-ouest de la zone radio basse fréquence de Long Beach.

Au-dessus des nuages, la visibilité était illimitée. Je pouvais voir des cumulus se former derrière la Sierra Madre.

Après avoir évalué le chemin de l'élève le long des parcours et au-dessus du «cône du silence», j'ai regardé vers le haut et vers l'est, vers la lointaine montagne Santiago. Je pensais avoir vu un éclair de lumière. En regardant attentivement, j'ai vu un avion en piqué modéré visant notre BT-13 avec un angle d'interception parfait.

Ne voulant pas déranger l'élève, je me suis préparé à prendre des mesures d'évitement si nécessaire. L'engin qui s'approchait de nous semblait être peint en Orange International et était maintenant sur le point de passer sur notre côté gauche.

Incapable de déterminer la marque ou le modèle de l'engin, je savais qu'il ne ressemblait à aucun avion que j'aie jamais vu. Pendant que je l'étudiais, j'ai été choqué de le voir faire un virage résolument bancal qui l'a rapidement aligné sur notre aile gauche dans une formation instantanée et parfaite.

«Sortez de dessous le capot», ai-je ordonné à mon élève. «Je pense que le nouvel avion de Lockheed vole en formation avec nous!»

Il a immédiatement retourné la capuche en tissu et nous avons tous deux regardé de manière hypnotique l'étrange «avion» tenant une formation précise avec notre entraîneur Vultee.

Instinctivement, j'ai attrapé mon appareil photo qui était en permanence accroché au contrôle de dilution d'huile. Mais réalisant que je pourrais avoir des ennuis en photographiant un avion d'essai secret, je l'y ai replacé.

La chose qui volait à nos côtés défiait toute logique. J'avais remarqué que son virage semblait totalement indépendant des réactions de l'air mais que lorsqu'il était au large de notre aile, son ajustement à notre altitude et à notre cap était parfait et instantané. Sa position avec nous était maintenu comme si une barre de fer avait été soudée entre les deux.

Pas de doute, sa couleur était d'un orange éclatant, qui semblait scintiller sous la lumière du soleil. Pendant que nous regardions, son extrémité arrière a fait un léger ajustement et il s'est éloigné de notre position, disparaissant dans un virage ascendant vers l'océan. Plus tard, nous avons tous deux convenu qu'il avait disparu en deux secondes.

Après le vol et en attendant mon prochain élève, nous avons discuté oisivement de l'engin exotique. Nous étions d'accord sur plusieurs points: il était de couleur orange mais devenait blanc lorsqu'il accélérait. Nous n'avions vu aucune ouverture ni vitre indiquant un cockpit. Il n'avait certainement pas d'hélice ni aucun autre type de propulsion que nous puissions déterminer. Et lorsque nous avons discuté de sa taille probable, mon élève a fait remarquer que n'ayant jamais vu d'équivalent auparavant et qu'il était rond, sa taille lui était difficile à deviner. S'il faisait dix pieds de diamètre, il se trouverait à 35 à 50 pieds du bout de notre aile. Mais s'il avait un diamètre de 50 à 75 pieds, il se trouverait à une centaine de pieds ou plus.

Il était certain que c'était circulaire. J'ai pensé qu'il tendait davantage vers l'elliptique. Nous avons convenu qu'il avait une bosse arrondie au milieu de la coque et une copie plus petite sur sa face inférieure.

Lorsque j'ai utilisé ms calculette de poche et tenté de déterminer sa vitesse, j'ai obtenu une mesure de 7 200 mph. Mon élève a accepté le calcul et a fait remarquer que la guerre serait terminée dès que Lockheed mettrait l'engin en production.

Casey et son élève ont ensuite continué leur vie comme si rien d'inhabituel ne s'était produit, même si le fait d'essayer de retrouver les détails de l'événement a occupé les pensées de Casey. Il a dessiné au crayon un croquis du profil de l'engin, visible ci-dessous dans ce dossier.

Il explique qu'au fil du temps, le mystère s'est épaissi, car Lockheedn'a produit que le P-38 - un avion à hélice totalement conventionnel - alors que le chasseur à réaction P-80 - alias «Shooting Star» -n'a volé pour la première fois que le 8 janvier 1944.

Après la Seconde Guerre mondiale, Casey a remarqué que les journaux et la radio racontaient l'histoire du pilote Kenneth Arnold qui a été témoin d'un vol de «soucoupes volantes» près du mont Rainier, USA, le 24 juin 1947. Cela lui a fait réaliser ce qu'il avait vu en 1943.

Cependant, il a également remarqué qu'après le rapport d'Arnold, quiconque admettait avoir été témoin d'un tel appareil était ridiculisé; comme il travaillait pour la CAA au Boeing Field GADO de Seattle à cette époque, il a décidé que «ce serait une folie de raconter mon expérience». Mais dans son esprit, raconte-t-il, une idée claire se dessinait: «J'avais vu une machine volante qui était à des années-lumière d'avance sur tout ce qui existe sur Terre. Je ne me laisse pas facilement tromper par les machines volantes et leurs identifiants. Je savais que j'ai été témoin d'une machine volant intelligemment et manœuvrant délibérément. Ce n'était pas un nuage, un morceau de gaz ionisé, une planète brillant en hauteur, ou le fruit de mon imagination - la mienne ou celle de mon élève. Par conséquent, j'ai été forcé d'accepter que ce que nous avions vu était réel.»

En 1948, a-t-il dit, une note est passée par le système de la CAA provenant de l' «Opération Bluebook» de l'US Air Force, exhortant tout membre du personnel de la CAA ayant eu une expérience d'OVNI à la signaler, ajoutant que la personne et les données feraient l'objet d'une enquête.

Il a fait ce qui lui avait été suggéré, mais n'a jamais reçu de confirmation ni même été contacté.

Au fil des ans, Casey s'est informé sur le sujet des rapports d'observations d'OVNIS et est devenu très convaincu qu'il n'était pas le seul à avoir rencontré un engin extraterrestre.

A la fin des années 1990, le site Web Projet 1947 a publié le rapport; l'ufologue Jan Aldrich qui gère ce site Web d'ufologie historique a alors été contacté par un ami de Gerry A. Casey, qui a demandé à parler à Mr. Casey, lequel a gentiment accepté un entretien téléphonique. Casey a également fourni des éléments de son carnet de vol qui établissaient la date et l'heure de l'incident: vers 9:50 du matin, le 5 avril.

Jan Aldrich a expliqué que la lettre de Mr. Casey au Projet Blue Book de l'ATICn'a donné lieu à aucune enquête de suivi; Aldrich explique que cela est compréhensible car elle serait arrivée à l'ATIC juste au début de la vague des rapports d'OVNI de 1952.

Aldrich réitère que Casey pensait que son «OVNI» était un engin expérimental technologiquement avancé jusqu'après la guerre, lorsqu'il a vu un avion à réaction P-80 et s'est rendu compte qu'il avait des performances bien inférieures à celles dont lui et l'élève-pilote avaient été témoins.

Il n'avait pas signalé son observation sur le moment car on lui avait dit qu'il pourrait rencontrer un engin expérimental lors de ses vols. Il a d'abord pensé que c'était ce qui s'était passé, et qu'il n'y avait aucune raison de le signaler ou de le photographier, même s'il transportait un appareil photo sur les vols.

Aldrich indique qu'après que M. Casey ait envoyé son récit à l'Armée de l'Air, il a rencontré l'élève-pilote qui était dans l'avion avec lui et qui avait également observé l'objet, mais lorsque le sujet a été abordé avec lui, l'ancien élève a refusé d'en parler et a dit à Casey qu'il ne voulait plus jamais en parler.

Aldrich explique qu'au fil des années, Casey, toujours pilote dans les années 1990, avait raconté son histoire à d'autres pilotes, mais de plus de 90% d'entre eux, il a obtenu à peu près la même réponse: «Change de marque de whisky»; les autres avaient vu eux-mêmes quelque chose qu'ils ne pouvaient pas expliquer et portaient un jugement moins sévère. Casey a eu une autre observation d'OVNI en 1954, lorsqu'un prototype de bombardier multimoteur qui a ensuite conduit au B-52 a été survolé au-dessus de la région. Alors qu'il observait, il avait remarqué un objet en forme de fuseau derrière l'avion; il a regardé l'objet traverser l'une des traînées de condensation et a noté que l'objet semblait «brûler» la zone de la traînée de condensation qu'il avait traversée. Aldrich explique que ceci est similaire à d'autres rapports appelés «coupeurs de nuages» dans lesquels des traînées de nuages, de brouillard ou de vapeur semblent être brûlés à proximité d'un OVNI.

Données:

Données temporelles:

Date: 5 avril 1943
Heure: 09:50
Durée: 1 minute.
Date du premier rapport connu: Mai 1952, juillet 1989
Délai de rapport: 9 ans.

Données géographiques:

Pays: USA
Département/état: Californie
Commune ou lieu: Long Beach

Données concernant les témoins:

Nombre de témoins allégués: 2
Nombre de témoins connus: 1
Nombre de témoins nommés: 1

Données ufologiques:

Témoignage apporté via: Lette au projet Blue Book de l'US Air Force, article dans magazine d'aviation.
Conditions d'éclairage: Jour, ciel dégagé.
OVNI observé: Oui.
Arrivée OVNI observée: Oui.
Départ OVNI observé: Oui.
Actions OVNI: Approche, part.
Actions témoins:
Photographies: Non.
Dessins par témoins: Oui.
Dessins approuvé par témoins: Oui.
Sentiments des témoins: Etonnés.
Interprétations des témoins: Initialement, nouveau prototype Lockheed, ultérieurement, engin extraterrestre.

Classifications:

Senseurs: [X] Visuel: 1 ou 2.
[ ] Radar aéronef: N/A.
[ ] Radar sol directionnel:
[ ] Radar sol altitude:
[ ] Photo:
[ ] Film/vidéo:
[ ] Effets EM:
[ ] Pannes:
[ ] Dégâts:
Hynek: DD
Armé / non armé: Non armé.
Fiabilité 1-3: 2
Etrangeté 1-3: 3
ACUFO: Engin extraterrestre ou invention.

Sources:

[Ref. bbk1:] REPOTR TO USAF "PROJECT BLUE BOOK":

Ce qui suit provient des archives du programme Blue Book, via le Projet 1947, un effort privé de mené par l'ufologue Jan Aldrich pour rechercher des données et des documents relatifs aux OVNIS autour de 1947; il s'agissait de la lettre de mai 1952 par un agent civil de l'administration de la sûreté d'aviation d'aéronautique (Aeronautics Administration Aviation Safety) de Seattle, au Projet Blue Book concernant une observation à l'époque de la deuxième guerre mondiale:

En 1943 j'étais un instructeur de vol aux instruments affecté au 6ème groupe de Transport du Commandement du Transport Aérien et basé à Long Beach en Californie. Ma routine quotidienne était de piloter pendant quatre périodes d'une heure le matin pour instruire un élève différent à chaque heure. Sur un vol, tandis que nous allions vers la jambe Sud-Ouest de la Long Beach radio range à 5000 pieds d'altitude et à la vitesse anémométrique de croisière normale d'un avion d'entraînement BT-13A, mon étudiant et moi avons été témoin d'un objet qui aujourd'hui défie les explications logiques.

Cet objet est apparu depuis le nord-Est sur une trajectoire vol horizontale et a tourné tout en ralentissant depuis une grande vitesse pour voler en parallèle à nous pendant approximativement 30 secondes avant qu'il n'ait disparu de notre vue à une altitude légèrement montante (5 degrés), allant vers la droite passant devant le nez de l'avion et à une vitesse que je puis maintenant estimer avoir été comprise entre 2000 à 5000 miles par heure.

Tant d'années ont passé depuis lors qu'il est difficile de reconstruire l'aspect de l'objet mais quelques faits importants sont encore clairs et vifs dans mon esprit. Les voici:

  1. Cet incident s'est produit au-dessus d'une couverture de brouillard avec un état du ciel dégagé et une vue illimitée au-dessus.
  2. L'objet était de la coureur Orange International (1), avait une forme elliptique ou arrondie vers l'avant, était proportionné en quelque sorte comme un fuselage d'un avion conventionnel.
  3. L'arrière de l'objet soit n'avait eu aucune signification, soit je ne puis pas m'en rappeler le profil.
  4. Aucun hélice ou tuyère de réacteur n'était visible; il n'y avait pas non plus la moindre flamme, fumée ou traînée de vapeur.
  5. Il a ralenti d'une façon instable. (C.à.d) Vacillation à l'extérieur de son attitude penchée tout en tournant et plongeant longitudinalement jusqu'à dix degrés de son chemin de vol.
  6. Il a volé exactement à la même altitude que nous et tandis qu'il était en cette position il n'a exhibé aucun autre mouvement que la vitesse vers l'avant, identique à celle de notre avion.
  7. Son départ de ce secteur a également semblé instable au début de son accélération. Il a semblé s'incliner en avant avec la partie arrière vacillante jusqu'à ce que sa direction ait été établie.
  8. De sa position à notre niveau à dix degrés à la droite de notre nez et à la position à cinq degrés de haut jusqu'à être hors de la vue, cela a pris approximativement une seconde et demie.

Une série d'événements peu communs a contribué au fait que cet objet n'a fait aucune impression saisissante sur mon élève et moi. Il y avait eu une rumeur à ce moment selon laquelle Lockheed Aircraft Company construisait un avion à réaction et nous avons pensé que nous avions été témoin de son vol. J'ai appris beaucoup plus tard que le premier vol du Lockheed P-80 (3)n'a pas eu lieu avant un an après cette date.

En outre, j'avais un appareil photo dans l'avion à ce moment et bien qu'il ait été accroché sur bouton de commande de la dilution d'huile et prêt à être utilisé, je ne l'ai pas employé par crainte de photographier un avion fortement secret.

Je peux [me rappeler] avoir dit à mon élève par l'intercom: «Sors de dessous le capot. Le jet de Lockheed est en train de voler en formation avec nous.»

L'étudiant a repoussé le capot (2) et tous les deux nous avons été témoin du vol de l'objet bord à bord avec nous et de son vol hors de notre vue. Alors l'étudiant est retourné sous le capot et l'épisode a été terminé. En y repensant, je crois que le fait que ni l'un ni l'autre de nous deuxn'a attaché de grande importance à son sujet à ce moment-là doit impliquer qu'il a ressemblé à quelque chose qui aurait eu des contours aérodynamiques connus. Ce n'est que quand j'ai été témoin pour la première fois d'un des premiers vol du P-80, que j'ai renoncé à cette impression. Immédiatement, en voyant la lenteur relative du P-80 et ses contours facilement identifiables, j'ai réalisé que nous avions été témoin d'un certain objet inexplicable...»

Note: le document avait été cité par le Project 1947 de Jan Aldrich à la fin des années 1990; avec ce commentaire:

Ce cas est un exemple de ce qui a été appelé «l'escalade des hypothèses» à une progression extrêmement lente par le Dr. Hynek. C'était seulement après que l'observateur a vu un avion à réaction qu'il s'est rendu compte qu'une réponse conventionnelle ne fonctionnerait pas pour son observation.

L'auteur ne s'est pas rappelé le nom de l'étudiant, mais il a joint un schéma de l'objet et une liste des étudiants qui aurait compris l'autre témoin. La vague d'OVNIS de 1952 venait juste de commencer, mais des centaines de lettre ont été versées dans les dossiers du Projet Blue Book. Ils n'ont pas du tout eu le temps de même accuser réception de la lettre, encore moins d'étudier ce qu'ils ont considéré comme un cas ancien. Ainsi ils ont simplement classé la lettre avec des centaines d'autres qu'ils ont reçu sur de nombreux sujets dans un dossier «fourre-tout.» Ils n'ont pas inclus ce rapport dans les dossiers, et ne l'ont pas compté dans les statistiques. - J.L.A.

[Ref. wfr1:] "WESTERN FLYER" MAGAZINE:

Scan.

UNE RENCONTRE RAPPROCHEE... 1943

OVNI - Le moment d'en parler est venu

Par GERRY A. CASEY

Gerry Casey est un auteur respecté dans le domaine de l'aviation et un ancien inspecteur de la CAA/FAA. Pendant la guerre, il était instructeur dans l'armée, époque à laquelle cet incident a eu lieu. Il écrit: «Le triste état de l'humanité par rapport à son environnement et sa fuite apparente vers l'autodestruction m'ont finalement amené à mettre à nu mon âme OVNI.»

«Le récit ci-joint est exactement tel qu'il s'est produit. Les heures, les lieux, les dates et les personnes sont une description précise.»

L'événement s'est produit à 9h50 du matin le 5 avril 1943.

Tout cela a commencé et s'est terminé en moins d'une minute et quelques secondes. L'écriture a pris quelques jours. L'impression laissée est indélébile, mais il a fallu encore 46 ans pour la rendre publique...

Quelques jours avant l'expérience, je discutais avec certains de mes confrères à notre base de l'Air Corps Ferry Command de Long Beach, en Californie. Certains avaient entendu une rumeur selon laquelle Lockheed concevait un avion de chasse expérimental qui étonnerait tout le monde car dépourvu d'hélice. Nous étions tous d'accord pour dire que la rumeur n'était ni plus ni moins stupide que ce que nous entendions habituellement. Il y avait une guerre, alors qu'est ce que cela avait de neuf?

A l'époque, j'étais instructeur principal. Mes étudiants du moment étaient un homme doté de grandes aptitudes qui devint plus tard un éminent directeur de la CAA; un étudiant si pauvre qu'il s'est littéralement effondré dans le ciel; notre chef des ordres de transport de la base, Larry Schwartzell, et deux autres qui auraient besoin d'une deuxième tentative avant de pouvoir gagner leurs galons de vol aux instruments de l'Army Air Corps. L'un, Rex Mays, qui avait remporté deux fois la course d'Indianapolis, ne semblait avoir aucune imagination quand il s'agissait de l'interprétation des instruments de vol.

Ce jour-là, l'un de mes premiers étudiants a été confronté à un décollage en aveugle sur les instruments principaux. Il n'était pas inquiet du fait que la météo réelle était de 200 pieds avec une visibilité d'un huitième de mile. Ce temps était considéré comme normal pour Long Beach lorsque la couche marine éclatait.

Après un joli décollage et une montée à travers la couche nuageuse, nous avons passé environ 40 minutes à 5 000 pieds, de navigation aller-retour sur les tronçons sud-est-nord-ouest de la zone radio basse fréquence de Long Beach.

Au-dessus des nuages, la visibilité était illimitée. Je pouvais voir des cumulus se former derrière la Sierra Madre.

Après avoir évalué le chemin de l'élève le long des parcours et au-dessus du «cône du silence», j'ai regardé vers le haut et vers l'est, vers la lointaine montagne Santiago. Je pensais avoir vu un éclair de lumière. En regardant attentivement, j'ai vu un avion en piqué modéré visant notre BT-13 avec un angle d'interception parfait.

Ne voulant pas déranger l'élève, je me suis préparé à prendre des mesures d'évitement si nécessaire. L'engin qui s'approchait de nous semblait être peint en Orange International et était maintenant sur le point de passer sur notre côté gauche.

Incapable de déterminer la marque ou le modèle de l'engin, je savais qu'il ne ressemblait à aucun avion que j'avais jamais vu. Pendant que je l'étudiais, j'ai été choqué de le voir faire un virage résolument bancal qui l'a rapidement aligné sur notre aile gauche dans une formation instantanée et parfaite.

«Sortez de dessous le capot», ai-je ordonné à mon élève. «Je pense que le nouvel avion de Lockheed vole en formation avec nous!»

Il a immédiatement retourné la capuche en tissu et nous avons tous deux regardé de manière hypnotique l'étrange «avion» tenant une formation précise avec notre entraîneur Vultee.

Instinctivement, j'ai attrapé mon appareil photo qui était en permanence accroché au contrôle de dilution d'huile. Mais réalisant que je pourrais avoir des ennuis en photographiant un avion d'essai secret, je l'y ai replacé.

La chose qui volait à nos côtés défiait toute logique. J'avais remarqué que son virage semblait totalement indépendant des réactions de l'air mais que lorsqu'il était au large de notre aile, son ajustement à notre altitude et à notre cap était parfait et instantané. Sa position avec nous était maintenu comme si une barre de fer avait été soudée entre les deux.

Pas de doute, sa couleur était d'un orange éclatant, qui semblait scintiller sous la lumière du soleil. Pendant que nous regardions, son extrémité arrière a fait un léger ajustement et il s'est éloigné de notre position, disparaissant dans un virage ascendant vers l'océan. Plus tard, nous avons tous deux convenu qu'il avait disparu en deux secondes.

Après le vol et en attendant mon prochain élève, nous avons discuté oisivement de l'engin exotique. Nous étions d'accord sur plusieurs points: il était de couleur orange mais devenait blanc lorsqu'il accélérait. Nous n'avions vu aucune ouverture ni vitre indiquant un cockpit. Il n'avait certainement pas d'hélice ni aucun autre type de propulsion que nous puissions déterminer. Et lorsque nous avons discuté de sa taille probable, mon élève a fait remarquer que n'ayant jamais vu d'équivalent auparavant et qu'il était rond, sa taille lui était difficile à deviner. S'il faisait dix pieds de diamètre, il se trouverait à 35 à 50 pieds du bout de notre aile. Mais s'il avait un diamètre de 50 à 75 pieds, il se trouverait à une centaine de pieds ou plus.

Il était certain que c'était circulaire. J'ai pensé qu'il tendait davantage vers l'elliptique. Nous avons convenu qu'il avait une bosse arrondie au milieu de la coque et une copie plus petite sur sa face inférieure.

Lorsque j'ai utilisé ms calculette de poche et tenté de déterminer sa vitesse, j'ai obtenu une mesure de 7 200 mph. Mon élève a accepté le calcul et a fait remarquer que la guerre serait terminée dès que Lockheed mettrait l'engin en production.

Nous avons ensuite continué notre vie comme si rien d'inhabituel ne s'était produit. Essayer de retrouver les détails d'un événement qui avait duré moins de 90 secondes a occupé mes pensées. J'ai dessiné un croquis au crayon du profil de l'engin pour confirmer mon opinion selon laquelle il avait été conçu et construit à partir de courbes paraboliques plutôt que d'arcs dessinés au compas. Je n'arrivais pas à m'expliquer son vol vacillant ni son accélération soudaine et incroyable.

Au fil du temps, le mystère s'est épaissi car Lockheedn'a produit que le chasseur P-38. (Le jet P-80 a effectué son premier vol le 8 janvier 1944.)

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, nous nous sommes tous occupés de restructurer nos vies. Puis, dans les journaux et à la radio, l'histoire d'un pilote de l'Etat de Washington nommé Kenneth Arnold qui a été témoin d'un vol de soucoupes près du mont Rainier alors qu'il volait vers le côté est des montagnes Cascades (24 juin 1947) a éclaté dans les journaux et à la radio. C'est seulement à ce moment-là que j'ai réalisé ce que mon élève et moi avions vu.

Après le rapport d'Arnold, la folie des «Soucoupes volantes» a balayé le monde. Pour quiconque admettait alors avoir été témoin d'une telle machine, c'était chercher les moqueries. Alors que j'allais travailler pour la CAA au GADO Boeing Field de Seattle à peu près à cette époque, j'ai décidé qu'il serait insensé de raconter mon expérience. Mais dans mes pensées, une conviction ferme s'est faite jour: j'avais vu une machine volante qui était à des années-lumière d'avance sur tout ce qui existe sur Terre. Je ne me laisse pas facilement tromper par les machines volantes et leurs identifiants. Je savais que j'avais été témoin d'un engin volant intelligemment et se dirigeant délibérément. Ce n'était pas un nuage, un morceau de gaz ionisé, une planète brillant dans les airs, ou le fruit de mon imagination - la mienne ou celle de mon élève. Par conséquent, j'ai été obligé d'accepter que ce que nous avions vu était réel.

Au fil des ans, ma principale émotion concernant cet incident était que j'aurais aimé qu'il ne se produise pas. Mais lorsque des rapports d'OVNIS provenant d'autres pilotes, scientifiques, écrivains et personnes dont la crédibilité ne pouvait être mise en doute ont été enregistrés, mon inquiétude concernant les rapports invalides s'est intensifiée. D'un côté se trouvaient toutes sortes d'écrivains, d'opportunistes et de chercheurs de publicité revendiquant les expériences les plus folles. De l'autre, des professionnels sincères et réfléchis qui trouvaient des points de concordance surprenants dans ce qu'ils avaient vu. Nous étions tous d'accord sur le fait que nous avions vu une expression d'une intelligence très en avance sur la nôtre.

Aucun de nousn'a trouvé «pourquoi».

En 1948, un mémo est passé par le système de la CAA concernant «l'Opération Bluebook» de l'US Air Force et exhortant tout membre du personnel de la CAA ayant eu une expérience OVNI à le signaler. Ils ont ajouté que la personne et les données feraient l'objet d'une enquête. J'ai fait comme il était suggéré mais je n'ai jamais reçu d'accusé de réception ni été contacté. Une secrète curiosité m'a poussé à décider de mener ma propre enquête.

Depuis les débuts de l'histoire des OVNIS, des observations à travers le monde ont été rapportées par trop de témoins crédibles pour être ignorées. Les noms de personnalités ayant vu un tel engin sont apparus devant le public. Il serait difficile de qualifier les témoignages suivants autrement que sensés et impressionnants:

Des pilotes de ligne et militaires du monde entier ont eu de brèves rencontres similaires avec des machines exotiques telles que celles vue par mon élève et moi en 1943.

En août 1952, le personnel TRACON de l'aéroport national de Washington a regardé dans leurs télescopes et a observé de nombreux OVNI survoler la capitale nationale. Leurs supérieurs ont rapidement publié une déclaration selon laquelle tous les contrôleurs professionnels voyaient des «reflets dus aux inversions de température». Une autorité bien plus élevée a envoyé des chasseurs à réaction pour abattre les «inversions!»

Mon expérience m'a obligé à passer beaucoup de temps à lire et à rechercher toutes les possibilités scientifiques qui pourraient expliquer le phénomène OVNI. Son vol spectaculaire oblige à exiger des réponses logiques.

A ma curiosité s'ajoute une réticence à discuter du sujet avec n'impotre qui, excepté mes confrères de l'aviation qui ont eu une expérience similaire. Il m'a semblé que toutes les observations rapportées pouvaient être logiquement classées par catégories. J'ai décidé que cinq de ces catégories donneraient du poids à un approche logique:

  1. Expériences illusoires de la part d'incompétents.
  2. Canular pur et simple commis pour des raisons personnelles.
  3. Non valide en raison d'une erreur d'identification.
  4. Expérience valide mais nécessitant une vérification.
  5. Valide et attesté par des témoins crédibles.

Les numéros 1 et 2 ne nécessitent aucune explication. Le numéro 3 est facilement reconnaissable, surtout lorsqu'il est accompagné de photos. La plupart de ces observations sont des nuages en calottes stationnaires qui prennent la forme lenticulaire classique. A des altitudes supérieures à 50 000 pieds et avec des vents dépassant les 80 nœuds, ceux-ci peuvent se former et se dissiper à une vitesse étonnante. Mais ils ne bougent pas latéralement.

Les planètes vues depuis une plate-forme en mouvement peuvent sembler effectuer des mouvements brusques. Habituellement, c'est le mouvement de la tête du spectateur qui crée l'illusion.

Le n°4 est une catégorie qui nécessite des recherches scientifiques plus approfondies de la part des professionnels.

Le fait que quiconque rejette toutes les observations d'aviateurs professionnels, de scientifiques, de radars et de personnel du trafic aérien du monde entier ne fait que montrer l'esprit fermé des critiques.

Beaucoup d'événements fantastiques de notre monde, que nous acceptons maintenant facilement, étaient autrefois qualifiés d' «impossibles» jusqu'à ce qu'on y avait été confronté pour la première fois. Si on nous avait dit pendant la Seconde Guerre mondiale que Neil Armstrong atterrirait sur la Lune le 20 juillet 1969, nous aurions envoyé le raconteur d'histoires dans un établissement psychiatrique.

Le piège que l'on découvre en préconisant une approche scientifique est celui d'explorer l'inconnu. Nous devons d'abord libérer notre esprit des idées préconçues. La plupart des scientifiques sont parfaitement conscients que des croyances limitées entraînent des résultats limités. Les plus grandes découvertes sont nées des imaginations les plus folles.

Pour tout aviateur ayant vécu une expérience similaire à la mienne, l'événement conscient ne peut pas être effacé. Cela ne peut pas non plus être rationalisé par des comparaisons avec quoi que ce soit de connu sur terre.

Pour apporter une rationalité au sujet, le spectateur crédible d'un OVNI doit accepter la réalité selon laquelle la chose existe, qu'elle n'est pas venue de la Terre et que son intention est de maintenir un certain type de surveillance. Ce n'est qu'avec cette conclusion que l'imagination couplée à la logique peut produire des possibilités compréhensibles.

Premièrement, l'objet volant, sa conception et ses incroyables manœuvres nous disent que les inventeurs ont probablement des dizaines de milliers d'années d'avance sur nous en termes de savoir-faire scientifique.

En bref, examinons quelques possibilités.

La plupart des personnels aéronautiques sont d'accord sur plusieurs points; la couleur, la forme, la taille et les caractéristiques de vol de l'engin. Des scientifiques crédibles ont noté que de nombreuses observations ont eu lieu à proximité de nos centrales nucléaires ou de nos installations militaires. D'autres observations ont indiqué que des rencontres rapprochées ont été effectuées dans des zones isolées.

Quelles sont les possibilités scientifiques de l'exploitation des OVNI?

Les recherches sur le plasma indiquent qu'il a une couleur bleu-blanc. Il en va de même pour l'OVNI lorsqu'il est à grande vitesse.

On a découvert que divers matériaux exotiques possèdent des propriétés de supraconductivité. Certains sont en métal, d'autres en divers composites.

L'OVNI peut-il être une céramique? La gravité, la force la plus répandue dans l'univers, n'est pas vraiment comprise. Il semble que l'OVNI utilise et contrôle la force de gravité au lieu de la propulsion par fusée. (L'un de nos scientifiques a-t-il déjà pesé un générateur à haut rendement alors qu'il était orienté vers différentes directions de boussole? Le poids varie-t-il ? Cela pourrait être un début.)

Comment l'OVNI pourrait-il éviter d'être heurté par des débris lorsqu'il traverse l'espace? Facile s'ils sont capables de contrôler la gravité. Ils pourraient envoyer un balayage magnétique devant sa trajectoire. Les objets plus petits seraient balayés et les objets plus gros, à leur tour, balayeraient l'OVNI hors de danger.

Comment quelqu'un pourrait-il faire un voyage qui implique des années-lumière? Je ne sais pas, mais certains de nos scientifiques ont émis l'hypothèse que l'univers pourrait utiliser la vitesse de la lumière, au carré.

Qu'a fait notre gouvernement pour étudier ce phénomène? Malheureusement, à notre connaissance, rien d'autre que faire obstacle à l'accumulation de données.

Plus important encore, pourquoi sommes-nous apparemment si attentivement surveillés par les OVNIS?

Je crois que chaque événement, humain ou autre, a une cause définissable qui produit un effet. L'acte de création et d'extinction semble le prouver. Il semble parfois que les deux extrémités de l'échelle créative soient obscures. Jusqu'à ce que des données solides et compréhensibles éclaircissent un mystère, certains événements défient toute explication. Mais même si nous, les humains, ne pouvons pas détecter une cause cachée, cela ne veut pas dire qu'il n'y en a pas.

(suite à la page 4)

Scan.

(suite de la page 3 - WESTERN FLYER, Tacoma, WA - 7 juillet 1989)

Dans notre monde fragile, nous constatons que de plus en plus d'observateurs réfléchis, scientifiques et concernés lancent de sombres avertissements concernant la destruction fulgurante de l'environnement de notre planète. Certains ont prévenu que les humains se sont peut-être déjà fourrés dans une impasse d'où il n'est plus possible de s'échapper.

L'univers est-il inter-lié et interdépendant?

S'il est vrai que nous, les créatures, nous dirigeons tête baissée vers un mode autodestructeur, il est possible que l'échec de notre planète puisse perturber l'équilibre des autres dans notre système planétaire ou dans un système planétaire voisin. Si cela est vrai, alors toute autre race supérieure de créatures serait sérieusement inquiète.

Il est peut-être plus tard que nous le pensons.

J'exhorte ceux qui n'ont pas encore révélé une expérience d'OVNI et qui sont qualifiés, à partager leurs histoires.

Je l'ai fait.

A votre tour.

[Ref. upp1:] "UFO POT POURRI":

Scan.

Rencontre avion/OVNI en 1943
(Tacoma. WA Western Flyer, 7 juillet 1989)

L'instructeur de vol de l'armée Gerry Casey a décrit une rencontre rapprochée avec un OVNI au-dessus de la Californie le 5 avril 1943, à 9h50 du matin. Lui et son élève-pilote pensaient qu'il s'agissait d'un avion secret de Lockheed. Plus tard, ils ont découvert qu'il ne s'agissait pas d'un avion secret américain. Il a décrit la rencontre comme suit:

«Après un bon décollage et une belle montée à travers la couverture nuageuse, nous avons passé 40 minutes à 5 000 pieds de navigation aller-retour sur les tronçons sud-est-nord-ouest de la zone radio basse fréquence de Long Beach. J'ai regardé vers le haut et vers l'est en direction de la lointaine montagne Santiago. Je pensais avoir vu un éclair de lumière. En regardant attentivement, j'ai vu un aéronef en piqué modéré visant notre avion BT-13 avec un angle d'interception parfait. Incapable de déterminer la marque ou le modèle de l'engin, je savais que c'était différent de tout avion que j'ai jamais vu. J'ai été choqué de le voir faire un virage résolument bancal qui l'a rapidement aligné sur notre aile gauche en formation instantanée et parfaite. La chose volant à nos côtés défiait toute logique. J'avais remarqué que son virage apparaissait totalement indépendant de la réaction de l'air. Il ne fait aucun doute que sa couleur était d'un orange éclatant, qui semblait scintiller sous la lumière du soleil. Pendant que nous regardions, son extrémité arrière a fait un léger ajustement et il s'est éloigné de notre position, disparaissant dans un virage ascendant vers la mer. Sa couleur est devenue blanche à mesure qu'il accélérait. Il a disparu de la vue en 2 secondes. Nous n'avions vu aucune ouverture ni vitre indiquant un cockpit. Il n'avait certainement pas d'hélice ni aucun autre type de propulsion que nous puissions déterminer. Il était circulaire ou elliptique et avait une bosse arrondie au milieu du vaisseau et une autre plus petite sur sa face inférieure. «Lorsque j'ai utilisé mon ordinateur de poche et tenté de déterminer sa vitesse, j'ai obtenu une lecture de 7 200 mph.»

[Ref. gvo1:] GODELIEVE VAN OVERMEIRE:

1943, 5 avril

USA, Long Beach (Californie)

Le pilote d'un avion BT 13A d'entraînement voit à 9 h 50 voler de pair avec l'avion un objet rond et orange qui ensuite partit en coup de fusil. (Aircraft Ufo Encounters, févr. 1999, Dominique Weinstein)

[Ref. lhh1:] LARRY HATCH:

475: 1943/04/03 09:50 1 118:11:00 W 33:47:00 N 3333 NAM USA CLF 6:8
LONG BEACH,CA:2 OBS:SCP CLASSIQUE A DOME PLONGE sur AAF BT13A S'ENTRAINEMENT:>>S:/r150
Ref# 65 HALL,Richard: Frm AIRSHIPS to ARNOLD Page No. 21: EN-VOL

[Ref. dwn1:] DOMINIQUE WEINSTEIN:

L'ufologue français Dominique Weinstein a compilé un catalogue des cas d'OVNIS observés depuis des avions. Le premier cas de son catalogue dans la version de février 2001 (6e édition) y apparaît comme suit:

Scan.

DATE 43.04.05
HEURE 09:50
PAYS USA
LIEU Air Corps Ferrying Command Base, Long Beach, Californie
P
TYPE D'AVION ET TEMOINS un pilote d'avion d'entraînement BT-13A
DESCRIPTION OVNI un objet orange, rond, a volé de concert avec l'avion, puis a accéléré vers le lointain
Radar
G
X X
E
SOURCES 03

La source «03» est référencée en fin de catalogue comme:

03 Rapports du Project 1947, coupures de presse et documents (cas de Jan Aldrich et Barry Greenwood)

[Ref. dwn2:] DOMINIQUE WEINSTEIN:

Scan.

Cas 12

5 avril 1943, base de commandement du ferry de l'Air Corps, Long Beach, Californie, Etats-Unis

A 0950, l'instructeur de vol aux instruments Gerry A. Casey et quatre étudiants aux commandes d'un avion d'entraînement BT-13A ont observé un objet orange de forme ronde ou plus elliptique (plus de 10 pieds de diamètre) volant à côté en formation avec son avion. L'objet semblait scintiller sous la lumière du soleil. Ensuite, il s'est éloigné de la position de l'avion et a disparu dans un virage ascendant vers l'océan à environ 7 200 mph. Lorsque l'objet s'est éloigné en accélérant de l'avion, sa couleur est passée de l'orange au blanc. Aucun cockpit ouvert ou ouverture, aucune hélice ou tout type de propulsion n'ont été observés. Durée totale: 1 mn

Sources: Rapport du pilote / Project 1947 Jan Aldrich.

[Ref. tai1:] SITE WEB "THINK ABOUT IT":

Date: 1943

Lieu: Long Beach, CA

Heure:

Résumé: Un instructeur de vol et un élève-pilote ont vu un disque orange brillant piquer sur leur avion et planer à côté, puis accélérer et s'éloigner hors de vue.

Source: Ref. 3; Rapport de témoins à Jan Aldrich, Project 1947.

[Ref. nip1:] "THE NICAP WEBSITE":

Scan.

5 avril 1943; Long Beach, CA

Un instructeur de vol et un élève-pilote ont vu un disque orange brillant plonger sur leur avion et planer à côté, puis accélérer et s'éloigner hors de vue. (Réf. 3; rapport de témoin à Jan Aldrich, projet 1947.)

La référence 3 est décrite en fin de document comme «Ref. 3; From Airships to Arnold: A Preliminary catalogue of UFO Reports in the Early 20th Century (1900-1946)» by Richard H. Hall, UFO Research Coalition, 2000.»

[Ref. part5:] JAN ALDRICH - "PROJECT 1947":

En mai 1952, un agent de Civil Aeronautics Administration Aviation Safety de Seattle a écrit au Projet Blue Book à propos d'une observation survenue pendant la Seconde Guerre mondiale:

En 1943, j'étais instructeur de vol aux instruments affecté au 6e groupe de transport du transport aérien et basé à Long Beach, en Californie. Ma routine quotidienne consistait à voler quatre périodes d'instruction d'une heure le matin avec un élève différent pour chaque heure. Lors d'un vol alors que nous progressions sur la partie sud-ouest de la portée radio de Long Beach à 5 000 pieds d'altitude à la vitesse de croisière normale d'un avion d'entraînement de type BT-13A, mon élève et moi avons été témoins d'un objet à ce stade qui, à ce jour, défie toute explication logique.

Cet objet est apparu depuis le nord-est sur une trajectoire de vol en palier et a tourné tout en décélérant à partir d'une grande vitesse pour voler parallèlement à nous pendant environ 30 secondes avant de disparaître de la vue dans une légère assiette de montée (5 degrés) en direction de la droite du nez de l'avion et à une vitesse que je peux maintenant estimer entre 2 000 et 5 000 miles par heure.

Tant d'années se sont écoulées depuis qu'il est difficile de reconstituer l'apparence de l'objet, mais quelques faits marquants sont encore clairs et vifs dans mon esprit. Ce sont:

1) Cet incident s'est produit au-dessus d'une couverture de brouillard avec un ciel clair et illimité au-dessus.

2) L'objet était de couleur Orange International, avait une structure avant elliptique ou arrondie et était proportionné de la même manière que le fuselage d'un avion conventionnel.

3) Soit l'arrière de l'objet n'avait aucune signification, soit je ne me souviens pas de son profil.

4) Aucune hélice ni orifice de jet n'était visible; il n'y avait aucune flamme, fumée ou vapeur ou traînée non plus.

5) Il a décéléré de manière instable. (càd) Oscillant vers l'extérieur depuis son attitude inclinée tout en tournant et en s'inclinant longitudinalement jusqu'à dix degrés par rapport à sa trajectoire de vol.

6) Il a volé exactement par le travers à notre altitude et, dans cette position, n'a présenté aucun autre mouvement que la vitesse d'avancement identique à celle de notre avion.

7) Son départ de la zone est également apparu instable au début de son accélération. Il a semblé faire une embardée vers l'avant, la partie arrière vacillant jusqu'à ce que sa direction soit établie.

8) Depuis sa position par le travers jusqu'à dix degrés à droite de notre nez et cinq degrés en hauteur jusqu'à ce qu'il soit hors de vue, cela a pris environ une seconde et demie.

Une série d'événements inhabituels ont contribué au fait que cet objet n'a fait aucune impression marquante sur mon élève et moi. Il y avait eu une rumeur à cette époque selon laquelle Lockheed Aircraft Company construisait un avion à réaction et nous pensions avoir assisté à son vol. J'ai appris bien plus tard que le premier vol du Lockheed P-80 n'avait eu lieu que plus d'un an après cette période.

De plus, j'avais à ce moment-là un appareil photo dans l'avion et bien qu'il soit accroché au bouton de contrôle «dilution d'huile» et prêt à l'emploi, je ne l'ai pas utilisé de peur de photographier un avion hautement secret.

Je peux (me souvenir) d'avoir dit à l'étudiant via l'interphone: «Sortez de sous le capot. L'avion de Lockheed vole en formation avec nous.»

L'étudiant a repoussé le capot et nous avons tous deux vu l'objet voler à côté et son vol hors de vue. Puis l'étudiant est retourné sous le capot et l'épisode s'est terminé. Rétrospectivement, je crois que le fait qu'aucun de nous à cette époque n'y attachait quoi que ce soit d'inhabituel doit impliquer qu'il ressemblait à quelque chose qui aurait englobé des contours aérodynamiques connus. Jusqu'à ce que j'assiste pour la première fois à un premier vol du P-80, j'avais cette impression. Immédiatement après avoir vu la relative lenteur du P-80 et ses contours facilement identifiables, j'ai réalisé que nous avions été témoins d'un objet inexplicable...»

[Commentaires par le Projet 1947:]

Ce cas est un exemple de ce que le Dr. Hynek appelle «l'escalade des hypothèses» à un ralenti extrême. Ce n'est qu'après que l'observateur ait vu un avion à réaction qu'il s'est rendu compte qu'une réponse conventionnelle ne fonctionnerait pas pour son observation.

Le rédacteur ne se souvient pas du nom de l'étudiant, mais il a joint un dessin de l'objet et une liste d'étudiants qui auraient pu être l'autre témoin. La vague d'ovnis de 1952 ne faisait que commencer, mais des centaines de lettres ont afflué vers le Projet Blue Book. Ils n'ont même pas eu le temps de prendre connaissance de la lettre et encore moins d'enquêter sur ce qu'ils considéraient comme une vieille affaire. Ils ont donc simplement classé la lettre avec des centaines d'autres qu'ils ont reçues sur de nombreux sujets différents dans un fichier «fourre-tout». Ils n'ont pas inclus ce rapport dans leurs dossiers et ne l'ont pas non plus comptabilisé dans les statistiques de Blue Book. - J.L.A.

MISE A JOUR:

Peu de temps après que le récit ci-dessus soit apparu sur le site du Projet 1947, j'ai été contacté par un ami de l'auteur de la lettre, Gerry A. Casey, qui n'avait pas été identifié comme l'auteur. Il m'a demandé si je souhaitais parler à M. Casey qui a gentiment accepté un entretien téléphonique. Il a également fourni des éléments de son carnet de vol qui établissent la date et l'heure de l'incident: vers 9h50 du matin, le 5 avril.

La lettre de M. Casey à l'ATICn'a donné lieu à aucune enquête ultérieure. (C'est compréhensible car cela serait arrivé à l'ATIC juste au début de la vague de 1952.)

Casey pensait que son «OVNI» était un engin expérimental technologiquement avancé jusqu'après la guerre, lorsqu'il aperçut un avion à réaction P-80 et réalisa qu'il avait des performances bien inférieures à celles dont lui et l'élève-pilote avaient été témoins. (Deux autres observations similaires dans lesquelles les témoins pensaient avoir mal identifié des objets communs pour ensuite reconsidérer leur décision au vu de ce qu'ils avaient appris plus tard: Hiver 1944-45, Naval Air Technical Training Center, South Base, Oklahoma, l'observateur M. Vern Seifert pensait avoir vu une cible radar, mais il comprit plus tard que son observation d'une «sphère lumineuse tournante et scintillante» ne pouvait pas être une telle cible. Environ 26-31 janvier 1945, entre les îles Salomon et la Nouvelle-Calédonie dans le Pacifique, l'observateur M. Louis Gracie pensait avoir vu une grosse tortue de mer passer sous son navire, mais a appris plus tard que les tortues de mer ne pouvaient pas atteindre une si grande taille.)

Après que M. Casey ait envoyé son récit à l'Air Force, il a rencontré l'élève-pilote qui était dans l'avion avec lui et qui avait également observé l'objet. Lorsque le sujet a été abordé avec lui, il a refusé d'en parler et a dit à Casey qu'il ne voulait plus jamais en discuter.

Au fil des années, Casey a raconté son histoire à d'autres pilotes. Sur plus de 90 pour cent des répondants, il a obtenu à peu près la même réponse: «Changez de marque de whisky». D'autres avaient vu eux-mêmes quelque chose qu'ils ne pouvaient pas expliquer et ne portaient pas un tel jugement. Il a eu une autre observation d'OVNI en 1954, lorsqu'un prototype de bombardier multimoteur qui a ensuite conduit au B-52 était en essais par Boeing au-dessus de la région. Alors qu'il observait, il remarqua un objet en forme de fuseau derrière l'avion. Il a observé l'objet croiser l'une des traînées de condensation et a noté que l'objet semblait «brûler» la zone de la traînée de condensation qu'il avait traversée. (Ceci est similaire à d'autres rapports appelés «coupe-nuages» dans lesquels des traînées de nuages, de brouillard ou de vapeur semblent être brûlées à proximité de l'objet.)

Il avait écrit sur son observation originale dans une petite publication aéronautique de la côte ouest quelques années plus tôt.

Il n'a pas signalé son observation à ce moment-là car on lui avait dit qu'il aurait pu avoir rencontré un engin expérimental lors de ses vols. Il pensait que c'était ce qui s'était passé, et il n'y avait aucune raison de le signaler ou de le photographier, même s'il transportait un appareil photo sur les vols.

M. Casey était encore pilote dans les années 1990.

- Jan Aldrich

[Ref. get1:] GEORGE M. EBERHART:

1943

5 avril

9 h 50. L'instructeur de vol Gerry A. Casey et un élève-pilote à bord d'un Boeing-Stearman Model 75 regardent un disque elliptique orange vif plonger sur leur avion près de Long Beach, en Californie. Il n'y a pas d'hélice et il a une bosse arrondie au-dessus et en dessous. Il plane avec une légère oscillation, puis accélère, passe de l'orange au blanc et disparaît hors de vue en 2 secondes.

(Project 1947, «UFO Reports, 1943»; Gerry A. Casey, «UFO: The Time for the Telling Has Come,» Tacoma (Wash.) Western Flyer, July 7, 1989, via UFO Newsclipping Service 241 (August 1989), p. 3; Patrick Gross, «Observation at Long Beach, 1943»

Note: «Patrick Gross, 'Observation at Long Beach, 1943'» était ma page Web sur le cas en date du 15 juin 2004. Elle comprenait essentiellement le rapport du témoin au Projet Blue Book. Par la suite, en octobre 2023, j'ai publié ce nouveau dossier, bien plus riche, remplaçant l'ancien.

Informations aéronef(s):

Certaines sources indiquent que l'avion était un «Boeing-Stearman Model 75».

Le Boeing-Stearman Model 75 (photo ci-dessous) était un biplan utilisé comme avion d'entraînement militaire; il était construit aux Etats-Unis dans les années 1930 - 1940 par les constructeurs Boeing et Stearman. Il ne transportait pas d'armes et sa vitesse maximale était de 217 km/h.

Boeing-Stearman Model 75.

Mais M. Casey, dans son rapport, fait référence à l'avion comme étant un «BT-13A»; il s'agirait alors du Vultee BR-13A «Valiant», l'avion «Basic Trainer» (BT) construit par Vultee Aircraft pour l'US Army Air Corps dans les années 1940 (photo ci-dessous)

Vultee BT-13A.

Discussion:

Carte.

Dans son livre, le Capitaine Edward Ruppelt raconte comment en mai, juin, juillet et août 1952, il y avait tellement d'enquêtes qui auraient du être menées sur les OVNIS signalés à ce moment par les canaux officiels, que son modeste groupe n'arrivait même pas à traiter ces cas urgents. Il a pu rattraper certains rares cas par la suite, mais effectivement, il n'y a eu aucune chance pour qu'il puisse faire quoi que ce soit sur les cas plus anciens de ce type, et après son départ de la tête du projet, il n'y avait aucune chance que ses successeurs s'en occupent car la nouvelle «ligne de conduite» était de minimiser les choses et de ne s'exprimer que sur les cas expliqués par des causes triviales.

C'est extrêmement regrettable pour l'avancement de la recherche sur les OVNIS: il est absolument clair qu'à cette date d'observation, aucun engin volant n'aurait pu même approcher le comportement de vol de cet objet, ni l'aspect de cet objet, décrit par des observateurs habitués aux avions.

Il y a eu et il y a toujours des observations d'OVNIS pour lesquelles les observateurs eux-mêmes pensent avoir affaire à une technologie aéronautique certes avancée mais humaine, simplement encore secrète. Le recul du temps révèle par la suite pour certaines d'entre elles que l'origine humaine de l'objet observé est à exclure. Mais entre-temps, l'amnésie et le classement vertical des dossiers fait son œuvre, et sans le travail soigneux de personnes comme Jan Aldrich par exemple, rien de tout ceci ne serait connu.

Quant à l'observation, je pense qu'il n'y a guère que deux explications possibles: soit Mr. Casey a tout inventé, soit il s'agissait d'un engin extraterrestre.

Evaluation:

Engin extraterrestre ou invention.

Références des sources:

* = Source dont je dispose.
? = Source dont l'existence m'est signalée mais dont je ne dispose pas. Aide appréciée.

Historique du dossier:

Rédaction

Auteur principal: Patrick Gross
Contributeurs: Aucun
Reviewers: Aucun
Editeur: Patrick Gross

Historique des changements

Version: Créé/changé par: Date: Description:
0.1 Patrick Gross 4 octobre 2023 Création, [wfr1], [rhl1], [lhh1], [dwn1], [dwn2], [tai1], [nip1], [prt5], [get1].
1.0 Patrick Gross 4 octobre 2023 Première publication.
1.1 Patrick Gross 10 novembre 2023 Additions [upp1], [vgo1].

Valid XHTML 1.0 Strict



 eMail  |  Début  |  Retour  |  Avance  |  Plan  |  Liste |  Accueil
Cette page a été mise à jour le 10 novembre 2023.